Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 05Article 554128

General News of Thursday, 5 November 2020

Source: rolandtsapi.com

Malédiction sur le Cameroun : retour sur les propos prémonitoires de Fo’o Sokoudjou

Dans le précédent éditorial, nous évoquions l’interrogation du Fo’o Sokoudjou Chendjou II sur la possible malédiction qui planerait sur le Cameroun, la suite de son propos dit ceci :

« Le Pays se vide de ses cerveaux fuyant un régime qui mange ses propres enfants. De nombreux camerounais choisissent de faire un bond vers l’inconnu au péril de leurs vies face à un régime violent. Nombreux ont perdu leurs vies dans la mer, dans les déserts et les quelques privilégiés de ce régime qui ont pris ce pays en otage porteront cela sur leurs consciences. Aujourd’hui c’est un pays déchiré, divisé, ruiné, sans eau, sans lumière, sans route, et dont le vent du Corona est venu davantage étaler ses défaillances au grand jour, que nous vivons, pendant que quelques-uns narguent le peuple avec une richesse insolente et injustifiable. Toutes les sociétés laissées par le président Ahidjo ont été pillées et fermées, quelques fonctionnaires de la République ont supplantés les hommes d’affaires, ils se sont déjà partagé l’argent du pays et ils se partagent même déjà les terres. Des hauts fonctionnaires de la République se payent le luxe de déposséder des milliers de villageois des terres de leurs ancêtres et titrent des villages entiers en leurs noms. Quelle méchanceté!!! (….)

Le tournant

Nous voici aujourd’hui au carrefour de notre histoire, le changement est inévitable, c’est une question de temps, que vous le voulez ou pas. Nous nous devons juste d’œuvrer dans la vérité pour que tout se passe dans la paix, dans le calme, et être vigilant pour que ça ne quitte pas de la tête pour tomber à l’épaule. Nous avons en face un régime arrivé à saturation, qui n’a plus rien à proposer au peuple, il a donné sa quantité qu’il pouvait et chacun comprends que sur lui. Quand le sommeil attrape un adulte on n’a pas besoin de lui rappeler qu’il doit aller dormir. A côté, une opposition qui bavarde plus qu’elle n’agit, mal organisée, égoïste, mal structurée, chacun parlant de tout et de rien, incapable d’unir les forces, chacun rêvant d’être le premier à côté de la marmite pour retirer le dernier morceau de viande dans la sauce alors qu’en réalité il ne reste plus que les os dans la marmite, leurs amis du pouvoir ayant déjà tout vidé. Et le peuple dans tout cela!!! Il tarde à prendre conscience de sa situation et récupérer de manière pacifique son pouvoir qui traine au sol, le régime ayant réussi à le détourner de la réalité avec l’alcool, les églises et les sectes!!! Quel Cameroun voulons-nous laisser à nos enfants de demain ?

En attendant que la femme accouche il faut écraser le couscous. Je continue de croire que la voie des élections est la bonne, jusqu’à ce que rien ne soit plus possible. Mais avez-vous les cartes d’électeurs pour voter au moment venu ? Il est temps aussi que les gardiens de nos traditions, les vrais détenteurs du pouvoir ancestral, pas les chefs fabriqués par le régime pour diluer et tuer définitivement les chefferies traditionnelles, ces gardiens dépositaires de nos traditions ancestrales et qui sont symbole de justice, d’équité, de vérité, de paix rentrent dans les forêts sacrés et parlent à nos ancêtres. Que mes paires redeviennent le parapluie du peuple, qu’ils prennent la défense du pauvre, de l’orphelin, du veuf, de la veuve, du faible, du déshérité et tiennent le discours de vérité à leurs enfants. Seule la vérité gouverne le monde. Rassemblez vos enfants sous l’arbre à palabre sans exclusion afin que nous nous réconciliions avec notre histoire et nos traditions. Que nous implorions le pardon des dieux de nos ancêtres, que nous nous parlions, nous pardonnons et que les démons libèrent ce pays afin qu’un Cameroun nouveau se lève, que nous trouvons l’occasion d’organiser des grandes funérailles pour pleurer nos frères et sœurs morts, disparus avant l’indépendance, sous le premier régime et sous le régime actuel, que nous les pleurions selon nos us et coutumes.

Expiation

Demandons que s’ils se couchent sous terre qu’ils dorment en paix et rassurons les que là où ils sont, nous pensons toujours à eux et ainsi nous pourrons laver la malédiction qui plane sur la tête de notre pays. A ceux-là qui marchent avec l’essence et les allumettes prêts à tout brûler, je leur dirai que celui qui empêche son frère de dormir ne doit pas lui-même fermer l’œil. Il y a autres possibilités de régler les problèmes de ce pays sans nécessairement recourir à la violence. Nous avons plein d’intelligences dans ce pays et la guerre aujourd’hui doit être la guerre des intelligences et non des armes. Chacun simplifie le vampire comme ça juste que la nuit n’est pas encore tombée.

A ceux qui gouvernent encore ce pays, je dirai si vous avez encore un peu d’amour pour ce pays, appelez tous les acteurs de la société autour d’une table pour vous accorder sur l’essentiel et baisser ainsi le feu sous la marmite qui boue déjà assez. Ce pays n’est pas pour vous seuls et celui qui fuit les problèmes n’est pas nécessairement un peureux.

Pour ma part, je suis déjà dans la forêt sacré, je prie mes ancêtres, je donne la nourriture aux dieux de mes ancêtres pour implorer leurs pardon, qu’ils veillent sur ce pays touchent le cœur de ceux qui ont confondu le sac du peuple à leur sac, qu’ils aient un sursaut d’orgueil pour ce pays, qu’ils reviennent à de meilleurs sentiments. Et comme les enfants d’un même pays, que nous nous retrouvions tous sous l’arbre à palabres, nous parlons, nous accordons sur les nouveaux règles du jeu, rétablissons un nouveau contrat social et ainsi nous pourrons lancer la terre sur les cacas et retirer les termites qui sortent sur ca et manger pour le bien de tous car ce pays nous appartient tous. Pour y parvenir, nous devons tenir un discours de vérité, disons à ceux qui depuis près de 40 ans ont conduit ce pays où il est aujourd’hui qu’ils ont mal fait mais que ce n’est pas pour autant qu’ils ne sont plus les enfants de ce pays, ce pays a besoin de tous ses enfants, enlevons la peur sur eux que rien ne leur arrivera, personne ne dormira dehors, chacun se trompe comme il cogne son pieds et qu’ils donnent juste la possibilité aux autres d’essayer aussi et seul le peuple jugera. Nous ne manquons de rien dans ce pays pour remettre ce pays debout.

Introspection

Disons également aux partis d’opposition, à la société civile, aux syndicats que s’ils aiment vraiment ce pays, s’ils se soucient du peuple et que ce n’est pas pour leurs ventres qu’ils bavardent, qu’ils laissent leurs petits calculs égoïstes de côté et se mettent ensemble, et que chacun cesse de croire que si ce n’est pas lui qui doit prendre le devant, on coupe la corde l’animal passe. Et à ceux qui pour des petits calculs pouvoiristes pensent que le salut de ce pays viendra de la France, je leur dirai qu’on ne peut pas refuser un enfant et manger son couscous. Le penser ainsi 60 ans après un semblant d’indépendance c’est insulter la mémoire de ceux qui ont versés de leurs sang pour ce pays. Ce pays dispose de tout pour régler ses problèmes et ce qui intéresse la France c’est notre pétrole, notre banane, notre bois et non le bien-être du peuple camerounais

Que chacun pense à demain et choisisse librement de quel côté entré dans l’histoire. Aussi j’invite tout un chacun à revisiter l’histoire pour voir le sort qui a toujours été réservé aux ” fingouong”. Ce pays est le nôtre et malheur à qui la flamme va s’étendre entre ses mains, et même comme on ne pleure pas sa mère pour passer au marché, je continue à pleurer ma mère le Cameroun pour passer au marché afin que tout le village me voit bien. »

Fo’o Sokoudjou Mpoda depuis son palais ce 30 Août 2020

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter