Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 19Article 563447

General News of Saturday, 19 December 2020

Source: www.camerounweb.com

Mairie de Douala 5e : Célestin Djamen réclame la démission de Joseph Biyong

Isolé par son parti depuis sa sortie médiatique pour présenter des excuses à Maurice Kamto, le militant du PCRN Joseph Espoir Biyong va-t-il démissionner de son poste de 6ème adjoint au maire de Douala 5ème ? C’est ce que réclame Célestin Djamen qui estime que le jeune élu fait preuve d’immaturité politique.


« Concernant le jeune, le petit frère Biyong que je connais bien (...) je pense que l'inexpérience dont il fait preuve est à mettre sur le compte de l'immaturité. Quand il déclare que monsieur Kamto avait raison en boycottant les élections, il devrait être conséquent envers lui-même et démissionner de son poste de sixième adjoint au maire de Douala 5ème. On ne peut pas être à la fois un élu et être pour le boycott », a-t-il déclaré dans Sacré Matin sur ABK Radio.

Sur Radio Balafon mercredi 16 décembre 2020, le 6ème adjoint au maire de Douala 5ème a réagi aux sanctions prises contre lui par la hiérarchie de son parti dans le département du Wouri.

C’est un Joseph Espoir Biyong très combatif qui est intervenu sur Radio Balafon le matin du mercredi 16 décembre 2020. L’élu issu des rangs du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (PCRN) a réitéré son attachement et ses actions en faveur de cette formation politique où l’on ne supporte plus ses prises de position. Il a déclaré que le PCRN est dans son âme même s’il est exclu du parti, ajoutant qu’il s’est sacrifié, a mis les économies de son entreprise dans la campagne pour les élections de février 2020. Soit, avance-t-il, 33 millions FCFA dépensés seul à Douala 5 pour ce parti. Biyong pense qu’au Cameroun, on a besoin de se mettre ensemble. Il dit vouloir «réconcilier» les Camerounais.

Commentant les sanctions prises contre lui à savoir la suspension jusqu’à nouvel ordre des activités du parti, et l’interdiction de parler sur les médias au nom du PCRN, il fait montre d’ironie et de défiance. «On a dit que ce que je dis n’engage que moi. Ce que les gens ne savent pas c’est qu’au PCRN tout le monde ne parle pas du PCRN. Dans le cas du Littoral, il y a un porte-parole qui s’appelle Christian Njock Nkongo. Mais ce que j’ai toujours dit n’a engagé que moi. En fait, tout ce qu’on a dit là c’est ce qui est. Ce n’est pas une sanction (rires). Je n’ai jamais parlé du PCRN. Je parlerai toujours en mon nom propre. Je parlerai toujours du PCRN. Tous les Camerounais ont le droit de parler de n’importe quel parti politique. C’est leur droit. Je suis Camerounais et je parle du parti politique que je veux», tente-t-il de convaincre.

Le 6ème adjoint au maire de Douala 5ème demande à ceux qui le combattent de se préparer à le subir encore un bon moment. «Il y a une chose que l’on ne peut pas m’enlever. C’est que je suis élu PCRN à la mairie de Douala 5ème. Que ça plaise ou que ça dérange ce n’est pas un débat. Je le suis. Je le serai pendant 5 ans encore», dit encore celui qui se proclame « anatique de Cabral Libii».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter