Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 26Article 615661

Actualités of Thursday, 26 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Maffia, abus : comment un Indien controversé fait arrêter le DP du journal Eco Matin

Il est accusé de blanchiment d’argent. Il est accusé de blanchiment d’argent.

Avinash Hingorani est propriétaire des Rêves Voyage et Sammys Créations

Il est accusé de blanchiment d’argent

Il lui est en outre reproché de maltraiter ses employés

En début du mois de juin 2021, le journal EcoMatin est contacté par plusieurs employés qui qui dénoncent les abus dont sont victimes plusieurs ressortissants indiens installés au Cameroun et travaillant pour les sociétés Rêves Voyage et Sammys Créations, appartenant à l’homme d’affaires indiens Avinash Hingorani. Ces employés dénoncent notamment, l’absence de contrat de travail légal, la confiscation des passeports des travailleurs, les manœuvres d’intimidation, les tortures psychologiques, les violences verbales et physiques. Saisi de l’affaire, le journal EcoMatin va adresser plusieurs demandes d’informations à Havinash Hingorani via whatsapp Messenger puis au Haut-commissaire de l’Inde qui selon la rédaction, était au courant des plaintes contre le ressortissant indien. Le 29 juin, l’homme d’affaires indien va envoyer au siège du journal EcoMatin, le représentant de ses filiales au Cameroun, ainsi que deux autres collaborateurs de nationalité camerounaise. Ces derniers vont promettre de faire parvenir à la rédaction, dans les 3 jours qui suivent des éléments concrets qui battent en brèche les accusations contre leur patron. Mais ces derniers enregistrent la conversation à l’insu de leurs interlocuteurs, espérant trouver des éléments à charge contre la rédaction.

Faute de n’avoir pas répondu aux questions du journal, l’article sera publié le 7 juillet 2021 dans l’édition N° 445 du journal. Le jour de la parution de l’article, Avinash sort de sa réserve et profère des menaces, au directeur de Publication via Whatsapp Messenger. Il lui sert dans la même journée, une sommation d’huissier. Le 12 juillet, il accentue ses menaces en appelant le téléphone du directeur de publication à partir de numéros anonymes de l’étranger. Il menace, « de mettre à la disposition des médias nationaux une conversation dans laquelle le directeur de publication lui aurait fait du chantage en lui demandant la somme de 3 millions de FCFA. Accusation pourtant fausse que l’homme d’affaires n’a jamais prouvé. Puis une campagne de dénigrement contre le journal sera orchestrée sur certains sites d’informations gabonais. Monsieur Avinash prendra le soin d’envoyer les liens de ces articles au directeur de publication. Et ceux-ci seront systématiquement publiés sur les pages officielles d’EcoMatin.

Convocation et corruption, menaces

Selon plusieurs sources, l’homme d’affaires indiennes se rendra auprès de plusieurs administrations, à la Gendarmerie et de Justice où il aurait versé plusieurs millions pour faire coffrer le directeur de publication. Le 10 août 2021 à 13H, le directeur de publication et deux de ses collaborateurs sont entendus au Conseil national de la communication suite à une plainte d’Avinash Hingorani.
Le 11 août 2021 deux gendarmes du SED débarquent à la rédaction du journal EcoMatin avec un mandat d’amené du procureur, stipulant que le directeur de publication a refusé de déférer aux convocations à deux reprises alors que celui-ci dit n’avoir jamais reçu une convocation. Il se rendra à 13H au SED où il sera entendu. Le jeudi 12 août, il sera déféré au parquet y restera de 9h à 21h. Il sera libéré après le paiement d’une caution de 500.000 FCFA à 21H.

Certaines sources laissent croire que les gendarmes et les magistrats qui étaient chargés du dossier auraient encaissés de fortes sommes d’argent pour menacer et intimider le directeur de publication.

Rejoignez notre newsletter!