Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 24Article 615397

Actualités of Tuesday, 24 August 2021

Source: www.camerounweb.com

MINRESI: Madeleine Tchuinte va dépenser 15 millions pour installer des rideaux dans son cabinet

Madeleine Tchuinte Madeleine Tchuinte

• Le MINRESI lance une cotation, afin d’installer des rideaux

• Les travaux devraient couter 15 millions

• Madeleine Tchuinte est secouée par le covidgate



Selon une note consultée par la rédaction de Camerounweb, la ministre de la recherche scientifique et de l’innovation a lancé une consultation de cotation, afin d’installer des rideaux dans son cabinet.

Lancée le 17 août, cette cotation budgétise la somme de 15 millions de francs cfa pour la fourniture et l’installation des rideaux au cabinet du ministère de l’enseignement de la recherche.

Cette cotation arrive dans une période où le gouvernement camerounais est secoué par un scandale de détournement des fonds destinés à la lutte contre le coronavirus au Cameroun. Parmi les ministres indexés, la ministre de la recherche scientifique et de l’innovation, Madeleine Tchuinte.



Les juges rejettent les arguments de Madeleine Tchuente


Le dernier rapport de la chambre des comptes sur la gestion du fonds spécial Covid-19 qui a fuité depuis quelques heures confirme les faits reprochés à la ministre Madeleine Tchuente. Les juges qui ont mené l’audit ont démontré que le ministère de la Recherche scientifique et de l'innovation savait que son département n’était pas dans la capacité de produire sur place les médicaments comme promis.

« Alors que l'objectif affiché du Minresi était de faire produire localement par l'IMPM l'hydroxychloroquine et l'azithromycine, un rapport d'évaluation de la direction de la pharmacie, des Médicaments et du Laboratoire du ministère de la santé en date du 28 avril 2020, soulignait que le site de fabrication de l'IMPM n'était pas conforme aux exigences de la production industrielle de médicaments », indique le document qui précise que l’achat et les reconditionnement des médicaments ont pour but de faire croire à l’opinion que ces produits sont sorties des machines installées au Cameroun. Les auditeurs sont convaincus que la ministre Madeleine Tchuente est au courant de cette opération de tromperie nationale.

« La chambre souligne que ce reconditionnement local ne pouvait avoir d'autres objectif que de faire croire à une fabrication locale. Elle estime qu'une telle activité n'a pas pu être menée à une telle échelle sans que le Minresi n'ai été au courant », précise les juges.

Pour l’heure, CamerounWeb n’est pas en mesure de confirmer que ce cas fait partie des 12 qui seront présentés à la justice pour des poursuites pénales.
« La chambre des compte formule 30 recommandations. Conformément à la loi, elle a également décidé d'ouvrir quatorze procédures pour faute de gestion ainsi qu'une procédure pour gestion de fait et de transmettre au ministre de la justice 12 dossiers susceptibles de revêtir une qualification pénale », révèle le Chambre des comptes.

CamerounWeb vous propose la section du document de synthèse relative au Minresi

Alors que l'objectif affiché du Minresi était de faire produire localement par l'IMPM l'hydroxychloroquine et l'azithromycine, un rapport d'évaluation de la direction de la pharmacie, des Médicaments et du Laboratoire du ministère de la santé en date du 28 avril 2020, soulignait que le site de fabrication de l'IMPM n'était pas conforme aux exigences de la production industrielle de médicaments.

Dès le mois de mars, l'IMPM était en négociation avec un importateur pour acheter en Inde des comprimés d'hydroxychloroquine et de l'azithromycine. Le 29 juillet 2020, l'IMPM a reçu une livraison de 5 millions de comprimés d'hydroxychloroquine, cinq cent mille comprimés d'azithromycine et des intrants d'azithromycine (12 futs de 25 kg chacun) pour un montant de 601,3 millions F CFA. Si la commande de l'IMPM portait sur des comprimés en vrac, la chambre a pu établir que ces médicaments ont été livrés déjà conditionnés. L'IMPM a décédé de reconditionner ces médicaments dans de nouveaux emballages, pour un montant de 9,356 millions FCFA. La chambre souligne que ce reconditionnement local ne pouvait avoir d'autres objectif que de faire croire à une fabrication locale. Elle estime qu'une telle activité n'a pas pu être menée à une telle échelle sans que le Minresi n'ai été au courant.

Au 31 décembre 2020, les cinq millions de compris d'hydroxychloroquine, les cinq cent mille comprimés d'azithromycine et les intrants d'azithromycine (12 futs de 25kg chacun) restaient stockés à l'IMPM sans aucun usage. La chambre ne recommande pas toutefois la distribution de l'hydroxychloroquine dans les hôpitaux, puisque l'avis du conseil scientifique en date du 8 avril 2021 en déconseille désormais l'utilisation, mais seulement la distribution d'azithromycine.

Rejoignez notre newsletter!