Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 05Article 560513

General News of Saturday, 5 December 2020

Source: cameroonintelligencereport.com

Loi des finances 2021 : à peine adoptée, Cabral Libii dénonce déjà des irrégularités

Le président du parti camerounais pour la reconstruction nationale (PCRN) déplore, entre autres, le fait que ce texte ne respecte pas le pourcentage des recettes dédiées à la dotation générale de la décentralisation.
Après près de 11 heures de discussions en séance plénière, les élus de la nation ont finalement adopté, ce samedi 5 décembre 2020, la nouvelle loi des finances de l’Etat du Cameroun pour le compte de l’exercice 2021. Et, comme on pouvait s’y attendre, cette dernière fait déjà jaser plus d’un. C’est le cas patent de Cabral Libii. Pour marquer son insatisfaction vis-à-vis de ce texte, le député et leader du PCRN a fait une analyse froide dans laquelle, il présente clairement quelques incongruités.

La première est le non respect du plancher de 15% des recettes destinées à la dotation générale de la décentralisation. Un détail pourtant très important qui fait d’ailleurs partie des recommandations les plus significatives du grand dialogue national tenu à Yaoundé du 30 septembre au 4 octobre 2019. «La part de la dotation générale de la décentralisation pour l’exercice 2021 est de 18% et, c’est conforme à la loi. C’est obtenu sur la base du calcul, c’est-à-dire enveloppe totale des ressources de l’État, moins les emprunts, les dons, les remboursements de TVA et les retenues sur salaires et pensions. 18% de 4865,2 milliards c’est 875 milliards F CFA, c’est le montant qui doit être consacré à la décentralisation. Or, les ressources mises à la disposition des Collectivités territoriales décentralisées (CTD), s’élèvent seulement à 232 milliards F CFA », a-t-il argumenté au micro des journalistes.

Dans sa seconde dénonciation, le député du PCRN a souligné fort opportunément que le nouveau texte régissant les dépenses publiques du Cameroun pour le compte de l’exercice 2021, ne respecte pas la loi de 1996, relativement au plafonnement de l’entretien routier à 50 milliards de Francs CFA. Des remarques et bien d’autres que devront examiner à coup sûr les sénateurs, avant l’adoption, à leur tour, du projet de loi des finances 2021.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter