Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 04Article 586093

General News of Sunday, 4 April 2021

Source: www.camerounweb.com

Logements sociaux au Cameroun : une victime dénonce l’escroquerie du gouvernement

Des Camerounais qui ont investi dans les logements sociaux se sentent floués par le gouvernement. Plusieurs années après avoir rempli leur par d’engagement, ils n’ont toujours pas vu la couleur des clés de leur appartement. Pire, certains se voient exclus du projet au fil des ans compte tenu des critères d’âge. Lassée, une victime brise le silence.

« Il y a plus de 13 ans le chef de l’Etat annonçait la construction de 10 000 logements sociaux afin d’améliorer les conditions de logements des camerounais moyens.
Dans ce cadre, le gouvernement Camerounais a mis en œuvre dès 2009 ce qu’il convient d’appeler le programme gouvernemental de construction des logements sociaux et d’aménagement des parcelles constructibles.
Ce programme a démarré par un certain nombre (le nombre exact est ambiguë) de logements sociaux à Yaoundé (Olembé) et à Douala (Banga-Bakoko).


A cet égard, les camerounais ont postulé à ce programme depuis 2011. Ceux des postulants remplissant les conditions à l’époque des faits ont été retenus. Ainsi ils ont été appelés à signer des contrats après le versement du montant total (pour ceux qui peuvent payer cash) ou d’une quotité du cout de l’appartement (pour ceux pouvant verser ce qu’il convient d’appeler apport personnel).

Je précise que le coût d’acquisition d’un appartement dépend de sa superficie et oscille entre 17 millions et 23 millions.
Pour l’acquisition, certains acquéreurs ont fait des emprunts bancaires afin de payer le montant total de l’appartement en un versement. D’autres ont payé l’apport personnel qui au départ était estimé à 10% du montant de l’appartement, mais qui ensuite à évolué pour se situer autour de 17%.


Plus de 10 ans après, la situation est catastrophique. En effet rendu à date, moins de 100 acquéreurs ont effectivement reçu leurs clés et intégrés leur maison.
Plusieurs sont sans nouvelle et ne savent à quel saint se vouer. En Février 2021, le Ministre de l’Habitat a tenu une réunion avec certains acquéreurs à Douala à qui elle a promis la remise des clés en fin mars.

A ce jour les acquéreurs n’ont aucune nouvelle. Plusieurs acquéreurs à ce jour n’ont même pas de contrat, pourtant ils ont versé l’argent. Depuis pratiquement 2 ans pour certains, les contrats qui ont été signé par les acquéreurs ont été envoyé au DG de la SIC pour signature. Le retour de ces contrats se fait de plus en plus long.
Je voudrais préciser que parmi les conditions d’attribution des appartement, l’âge avait une place primordiale. Ainsi les jeunes étaient prioritaires car ayant encore un temps relativement long avant la retraite, ce qui s’apparente comme un gage de remboursement. Plus de 10 ans après, ceux des jeunes qui à l’époque avaient 30 se retrouvent aujourd’hui à 40 ans. Ceux qui étaient à 40 ans, vois-tu sont à 50 ans aujourd’hui et sont par conséquent éliminés car ne pouvant payer 20 millions sur 10 ans.

C’est chaotique ce que vivent des camerounais qui ont cru en leur pays. Des gens payent des remboursements bancaires sans pourtant entrer en possession de leurs appartements. Au même moment, ils sont toujours en location et subissent les foudres des bailleurs, tout simplement à cause de l’escroquerie et de l’abus de confiance du gouvernement.
J’ai ici essayé au maximum d’être succinct de traduire la situation telle que je la connais. Certains pourront en dire mieux et avec plus d’éléments.
Je te prie de porter ce débat sur la place publique car c’est vraiment critique.
Le comble dans cette histoire est qu’il n’y a aucune visibilité. Personne ne sait à quand la fin de ce calvaire. »

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter