Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 23Article 615130

Actualités of Monday, 23 August 2021

Source: La Nouvelle N°605

Logements sociaux : Ketcha Courtès se tire une balle dans le pied

Ketcha Courtès se tire une balle dans le pied Ketcha Courtès se tire une balle dans le pied

Dans le cadre du Plan d’urgence triennal (Planut) initié en 2015 dans les 8 chefs-lieux des régions autres que Yaoundé et Douala, le chef de l’Etat a lancé un vaste projet gouvernemental de construction de 800 logements qui bat de l’aile. Un doigt accusateur est pointé sur le ministre de l’Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, maître d’ouvrage, qui semble plutôt avoir la tête ailleurs. Il faut près de 2 milliards de Fcfa pour une habitabilité des logements.

L’esbroufe semble décidément être la marque de fabrique de Célestine Ketcha Courtès. On l’a encore vu la semaine dernière, au cours de la cérémonie de lancement des travaux de construction de la route Nkolmesseng, au volant d’un Caterpillar compacteur annonçant l’imminence de l’arrivée du bitume sur cet axe routier. Quelques témoins présents en sont même venus à se demander si une fête aussi grandiose est ainsi organisée lors du simple lancement, qu’en seraitil le jour de la livraison du chantier ? Malheureusement, pendant que la « Reine-mère » faisait son show, défilaient encore dans la tête de nombreux observateurs ces images désolantes devenues virales sur les réseaux sociaux des logements Planut en décrépitude dans la ville d’Ebolowa, à Ngalane. Une situation préoccupante qui a amené le gouverneur de la région du Sud à convoquer, le 3 mars 2021, une importante séance de travail pour tenter de trouver des solutions par rapport à la situation déplorable desdits logements Planut de la cité de Ngalane. Une cité non seulement à l’abandon, mais qui est boudée par les populations. « Pourquoi ces logements tardent à être occupés alors que les travaux sont terminés depuis ?

Les bâtiments ayant été rétrocédés à la Sic et une commission ayant procédé à leur attribution il y a déjà 6 mois environs ? », s’est d’emblée interrogé le secrétaire général des services du gouverneur de la région du Sud, au cours de la séance de travail initiée par l’autorité administrative. Pour les participants à cette séance de travail, il était question de poser un diagnostic froid afin de trouver les différentes causes de refus d’occupation desdits logements par les locataires retenus et l’exploration des voies et moyens nécessaires pour remédier à cette situation. Des prises de parole du chef service régional de l’Habitat et de l’Architecture représentant le délégué régional du Minhdu du Sud inscrit curieusement aux abonnés absents, tout le monde s’est très vite rendu à l’évidence que Célestine Ketcha Courtès, piquée par on se sait quelle mouche, s’était empressée à organiser la réception des logements du camp Sic de Ngalane en 2020. Et ce, alors même que toutes les conditions d’habitabilité n’étaient pas réunies.
BUZZ
Et la preuve ? Le concessionnaire Enéo impliqué dans le suivi des aspects électriques de ce projet avait émis des réserves que devrait préalablement lever le prestataire Alliance Construction Cameroun (Acc) avant toute mise en service de ces logements. Parmi ces réd’indiquer que rien ne pouvait être fait tant que certains préalables n’étaient pas respectés. Les relances de la hiérarchie de la Sic sollicitant l’intervention de la tutelle afin que les services compétents soient saisis resteront sans grand effet.

Même le délégué régional de Enéo à Ebolowa reste sans voix quand, le 21 décembre 2020 il écrit au régional de la Sic en ces termes : « faisant suite à la correspondance du Dg de la Sic du 2 novembre portant sur les travaux d’électrification des cités d’Ebolowa et Sangmelima en vue de la réalisation des études pour les travaux d’électrification qui n’ont toujours pas démarré à date, en effet, pour les logements de Sangmelima, nous avons transmis le 26 mars 2019, une correspondance avec copie au Minhdu, dans laquelle nous vous faisions part du devis pour les travaux d’alimentation de cet site. Au terme de plusieurs échanges et débats, nous sommes toujours en attente du feedback du Minhdu et de la Sic quant aux modalités de paiements (contrat). En ce qui concerne les logements sociaux d’Ebolowa, les travaux ont été confiés à l’entreprise Alliance Cameroun Construction (Acc). Nous avons effectué le suivi et émis des réserves qui ne sont toujours pas levées ».

A chaque fois, indiquent nos mêmes sources, la Sic informait systématiquement, mais en vain, sa tutelle par rapport à ces difficultés d’habitabilité des logements Planut. On le découvre d’ailleurs dans cette correspondance du 19 avril 2021 du Dg de la Sic au Minhdu. « En outre, dans ma correspondance référenciée N°2338/L/Sic/Dg/Dry/202 0, je sollicitais votre intervention auprès de vos services compétents pour la remise à l’état de ces logements. Les problèmes d’étanchéité deviennent les plaintes récurrentes des locataires. Certains bénéficiaires ont d’ailleurs réclamé la mutation de leur logement régulièrement inondé pendant les pluies. Pour des mesures conservatoires, l’agent immobilier, afin de les soulager, s’est vu obligé de procéder auxdites permutations. Ces logements déclarés défectueux ne peuvent donc pas être attribués », indique clairement le Dg de la Sic.» Ahmadou Sardaouna a-t-il été compris ?

Ceux qui côtoient au quotidien la « reine mère » en doutent. Résultat des courses : les logements Planut ont tôt fait d’apparaître comme des éléphants blancs. A Ebolowa, la broussaille rivalise de hauteur avec les toitures. Actuellement, sur les 60 logements attribués en location simple, seuls deux locataires y habitent. Soit un taux d’occupation de 4% environ. Dans ces conditions, indiquent nos antennes à Ebolowa, les locataires manifestent une réticence prononcée à s’acquitter du paiement de leurs loyers. Une situation similaire à celle vécue à Gbebo à Bertoua. Voilà comment un projet cher au chef de l’Etat est torpillé sans commune mesure du fait de l’incompétence notoire de la « reine mère » de Bangangté. serves énoncées par le concessionnaire Enéo, nos sources parlent du déplacement des bornes électriques loties qui ne répondent pas aux normes nouvelles et la non mise à disposition du plan conforme après travaux. Même au niveau de la disponibilité en eau, nos mêmes sources parlent de nombreuses malfaçons dans les installations d’alimentation.

Autant d’éléments qui devraient pourtant concourir à la sécurité et au bienêtre d’éventuels occupants desdits logements. Dans les couloirs du Minhdu, certains proches collaborateurs de Célestine Ketcha Courtès se souviennent que le 5 janvier 2021, le Dg de la Sic, avait justement saisi sa tutelle par rapport à l’habitabilité des cités sous mandat de gestion. Et ceci, alors même que s’était déjà tenue à Ebolowa la commission d’attribution des logements sociaux en vue de les faire occuper conformément aux instructions du Minhdu. Qu’est-ce qui aurait justifié cet empressent de Célestine Ketcha Courtès ? Est-ce la recherche permanente du buzz ? Autant de questions restées sans réponses qui n’auront néanmoins pas empêché le responsable Sic de l’unité de gestion de Ngalane de se référer aux concessionnaires Enéo et Camwater. Ceux-ci n’hésiteront pas alor

Rejoignez notre newsletter!