Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 24Article 544120

General News of Thursday, 24 September 2020

Source: Actu Cameroun

Liberté de la presse: la marche de Kamto enfonce le Cameroun

L’affirmation a été faite par la Coordinatrice du programme Afrique pour le Comité pour la protection des journalistes Angela Quintal.

Angela Quintal s’est exprimée sur les marches du 22 septembre 2020 sur les antennes de notre confrère Rfi. On sait que durant ces marches, des journalistes ont été interpellées à Douala et à Yaoundé. Certains à l’instar du reporter de Rfi Polycarpe Essomba ont affirmé avoir été violenté par la police. La Coordinatrice du programme Afrique pour le Comité pour la protection des journalistes ne s’est pas montrée étonnée. La raison étant que la répression aveugle et systématique des journalistes semble être devenue au Cameroun, une situation systémique.

«Le Cameroun est le deuxième pays qui emprisonne le plus les journalistes en Afrique sub-saharienne. En plus des journalistes qui ont été arrêtés mardi, nous ne devons pas oublier que sept autres journalistes sont toujours détenus depuis plusieurs années à la prison de Kondengui à Yaoundé», a-t-elle déclaré. Angela Quintal n’a pas manqué d’exprimer son inquiétude à propos de la liberté de la presse au Cameroun.

Angela Quintal a profité pour parler de la situation difficile à laquelle les journalistes surtout dans les régions anglophones doivent faire avec la crise sociopolitique qui sévit. Ils sont pris entre le gouvernement et les autorités.

«Au fil des années nous avons vu comment l’autocensure est apparue dans les médias. Il y a également une censure active de la part du gouvernement qui continue aujourd’hui. Les journalistes ne sont pas dans une position où ils peuvent écrire ce qu’ils veulent, parce qu’ils sont menacés d’aller en prison, en particulier dans les zones anglophones, où s’ajoute un autre problème. Vous avez aussi des séparatistes anglophones qui intimident les journalistes et les mettent sous pression. Donc, ces journalistes sont entre le marteau et l’enclume. D’un côté le gouvernement et de l’autre, plus récemment, les séparatistes», a-t-elle déclaré.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter