Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 13Article 607924

Actualités of Tuesday, 13 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Libération de Shakiro: première réaction de Me Alice Nkom

La cour d'appel du Littoral vient de leur accorder une libération provisoire La cour d'appel du Littoral vient de leur accorder une libération provisoire

• Shakiro et son compagnon Patricia avait été condamnés à 5 ans de prison chacun

• La cour d'appel du Littoral vient de leur accorder une libération provisoire

• Me Alice Nkom est très soulagée par la décision


C'est une information que rédaction de www.camerounweb.com a eu en exclusivité. Alors que le tribunal de première instance du Wouri avait condamné le 11 mai 2021 deux transgenres, Shakiro âgé de 27, figure populaire des réseaux sociaux et son compagnon Patricia âgé de 27 ans à 5 ans de prison chacun pour « tentative d’homosexualité » et « outrage public aux mœurs », la cour d'appel du Littoral vient de leur accorder une libération provisoire après qu'ils aient passés environ 5 mois à la prison de New-Bell à Douala.

Les avocats de ces deux transgenres parmi lesquels Me Alice Nkom avaient décidé d'interjeter appel à la lourde décision que le tribunal de première instance du Wouri avait pris envers leurs clients. C'est ainsi que ce 13 juillet 2021, la première audience en appel de Shakiro et Patricia a été enrôlée.

Elle se déroulait dans la salle d'audience de la cour d'appel du Littoral où les requérants et leurs conseils étaient présents. Au cours de l'audience, leurs avocats ont introduit une demande de mise en liberté provisoire. Le procureur général ne s'est pas opposé à cette mesure. Ce qui présageait déjà une suite favorable. En fin d'audience, la cour a demandé les garants de leur représentation en justice pour leur accorder la mise en liberté provisoire sollicitée. La Directrice du REDHAC, Maximilienne Ngo Mbe est venue en personne se porter garant. La s'est donc prononcée favorablement à la demande, permettant ainsi à Shakiro et Patricia de retrouver la liberté mais cette mesure n'atteint pas l'action judiciaire. Ils doivent désormais comparaître étant libre. Ce qui veut dire que l'affaire va se poursuivre à la cour d'appel mais à la différence que les mis en cause vont suivre le procès hors du bagne.

Me Alice Nkom très soulagée par la décision

<>, s'est confiée Me Alice Nkom à la rédaction de www.camerounweb.com .

Rappelons que Shakiro et Patricia ont été arrêtées le 8 février dans un restaurant de Douala, la plus grande ville du Cameroun, et prises pour cible en raison de leurs tenues vestimentaires, selon leurs avocats.

Les gendarmes les ont interrogées sans la présence d’un avocat, les ont frappées et menacées de les tuer, les couvrant d’insultes anti-LGBT et les forçant à signer des déclarations, selon des militants et des avocats qui leur ont rendu visite en détention. Shakiro et Patricia ont ensuite été transférées à la prison centrale surpeuplée de Douala où elles ont déclaré avoir été battues et insultées par des gardiens et d’autres détenus.

Rejoignez notre newsletter!