Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 26Article 523069

General News of Friday, 26 June 2020

Source: coupsfrancs.com

Libération d' Ernest Obama : la grosse bourde d'Amogou Belinga

La grosse bourde d'Amogou Belinga La grosse bourde d'Amogou Belinga


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Après sept jours de détention dans les cellules de la gendarmerie nationale pour complément d’enquête , Ernest Obama a été présenté pour la deuxième fois devant le procureur de la république près de la Cour d’appel du Centre à Yaoundé. En fin de soirée de jeudi, un communiqué signé du président directeur général du groupe l’Anecdote est tombé, plaidant la libération de l’ancien directeur général de Vision 4.

” J’ai l’honneur de vous prier de bien vouloir surseoir à la procédure de placement en détention provisoire de Monsieur Ernest Obama, pour des raisons humanitaires, dans l’affaire qui l’oppose à Monsieur Jean-Pierre Amougou Belinga, Président directeur général du groupe Anecdote.


Toutefois, cette sollicitation l’éteint pas l’action publique que le ministère public doit poursuivre. Il s’agit simplement pour des raisons humanitaires de lui permettre de comparaître libre”, écrit Jean-Pierre Amougou Belinga.

Cette saisine du procureur général près de la cour d’appel du centre effectuée par le patron du groupe l’Anecdote, Mr Amougou Belinga en date du 24 juin 2020, va donc permettre au sieur Obama d’éviter la case prison centrale de Yaoundé Kondengui.

Amougou Belinga n’a pas complètement abandonné ou retiré sa plainte. La procédure va suivre son cours normal. Une tactique qui met la pression à Ernest Obama, bien qu’en liberté, de se plier au chantage de son ancien patron. L’action publique continue. C’est donc d’épée de Damoclès qui est posée sur la tête d’Ernest Obama qui, selon plusieurs sources, voulait faire le chantage à Jean-Pierre Amougou Belinga.

Cependant, c’est au au procureur de la République de décider de le faire comparaître libre ou de lui décerner un mandat de dépôt. Aucune disposition de la loi ne stipule que c’est le plaignant qui doit décider que l’accusé comparaisse libre comme le fait Jean-Pierre Amougou Belinga qui, par cette note, donne clairement les directives à la justice . Connaissant le fonctionnement de la justice camerounaise qui n’est du tout pas indépendante, ce sont les ordres de Jean-Pierre Amougou Belinga, ami du ministre de la Justice Laurent Esso, le procureur de la république vient de s’exécuter et a libéré Ernest Obama qui pourra bien passer le week-end en famille avant d’aller s’agenouiller devant son dieu Jean-Pierre Amougou Belinga.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter