Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 09Article 561107

General News of Wednesday, 9 December 2020

Source: Cameroon Info

Levée du dispositif militaire chez Kamto: Paul Biya a cédé aux pressions de Macron

Le décampement de la police au domicile de Maurice Kamto et la libération de certaines personnes arrêtées dans le cadre des marches du 22 septembre 2020 interviennent après deux sorties remarquées du Président français, Emmanuel Macron, et son ministre des Affaires Etrangères, Jean Yves Le Drian.

A la suite des rassemblements initiés par l’opposant Maurice Kamto le 22 septembre 2020, les autorités avaient procédé à des arrestations des dizaines de militants du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun) ayant participé à ces marches, ou ayant simplement soutenu le mouvement. Dans le même temps, le leader dudit parti, M. Kamto, était assigné à résidence à Yaoundé.

Deux mois et demi plus tard, le gouvernement a annoncé des mesures d’assouplissement envers ces opposants. L’impressionnant dispositif sécuritaire déployé devant le domicile de Maurice Kamto a disparu et certaines personnes écrouées dans les prisons ont commencé à être libérées.

Ces mesures interviennent quelques semaines seulement après des sorties remarquées des autorités françaises sur la situation au Cameroun.

Dans une interview à Jeune Afrique le 20 novembre, le Président français, Emmanuel Macron, avait invité «le président Biya à effectuer des gestes d’ouverture»; faisant allusion aux militants du MRC arrêtés.

Quelques jours plus tard, le 25 novembre, son ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères effectuait une nouvelle sortie. Cette fois, le message était encore plus clair. «Nous souhaitons que les autorités camerounaises prennent des initiatives, des gestes d’ouverture, pour rétablir la confiance sur la scène politique intérieure et qu’elles libèrent les personnes arrêtées dans le cadre des manifestations à caractère politique», avait déclaré Jean Yves Le Drian devant la Commission des Affaires Etrangères de l’Assemblée Nationale française.

Paul Biya aurait-il donc cédé aux pressions de l’ancienne puissance coloniale ? Les mesures d’assouplissement annoncées hier par Yaoundé semblent approuver cette thèse.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter