Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 01Article 605587

Actualités of Thursday, 1 July 2021

Source: Dr Modestine Carole Tchatchouang Yonzou

Lettre ouverte aux Bamilékés de la BAS et pro MRC de la diaspora camerounaise

Des membres de la BAS en action Des membres de la BAS en action

Dr Modestine Carole Tchatchouang Yonzou vient d'écrire une lettre aux Bamilékés de la BAS et pro MRC de la diaspora camerounaise. Dans cette lettre, Mme Yonzou dénonce l'hypocrisie de ses frères du 'village' et leurs indignations sélectives dans les scandales qui secouent le Cameroun.

La rédaction de CamerounWeb vous propose le contenu de cette lettre.



C’est avec une consternation très particulière que je lis vos publications condamnant la publication des nudes de la petite Malikca. Je suis encore plus étonnée de voir l’acharnement que vous avez contre le sieur Camus au point de défiler dans la diaspora avec les pancartes soit dit pour réclamer le respect de la dignité de la femme. Non mais, quelle ironie.

N’est-ce pas là le prête qui se fou de la charité ?

Venant de vous, on se croirait en pleine hallucination. Vous qui avez lancé contre dame Calixthe Beyala, une intellectuelle camerounaise de renommée internationale, une cabale sans précédent ? Vous avez inventé toutes sortes de chose pour humilier et traîner au sol la dignité d’une dame qui fait honneur à notre pays bien au-delà de nos frontières.

Que dire de Dame Cabral Libii dont vous avez menacé de publier la nudité simplement parce que vous ne partagez pas la vision politique de son époux ?

Parlons maintenant de moi, votre propre sœur Bamileké. Combien de photos nues avez-Vous monté sur moi ici sur les réseaux sociaux ? Au moins quatre que vous partagiez dans les inbox et les groupes Whatsapp comme des petits bouts de pain avant que les camerounais ne découvrent la supercherie, que ce n’était pas moi sur ces images. Ne suis-je pas une femme ?

Simplement parce que vous n’étiez pas d’accord avec mes opinions politiques, vous aviez remué ciel et terre à la recherche du moindre élément pour me détruire. Dieu merci que j’ai toujours mené une vie correcte sans traîner aucune casserole pouvant m’embarrasser…Ça ne vous a pourtant pas empêché En plus des faux nudes, de monter les faux documents pour discréditer mes diplômes. Qu’importe si vous savez tous que je suis docteure, professeure des universités, écrivaine, chercheuse ??? Vous m’avez à cœur joie traité de prostituée, traîner mon noble nom dans toutes les merdes et la salissure.

Et vous avez aujourd’hui le courage de prétendre défendre l’honneur et la dignité de la femme ?

Je combats le régime du président Biya depuis ma vingtaine à peine entamé à l’université de Yaoundé I ou j’ai été leader de la grève estudiantine en 2005 avec cinq jours de grève de la faim couchée sur un carton d’infortune devant l’amphithéâtre 700.

Sur les réseaux sociaux, c’est depuis 2012 que les Camerounais et les africaines m’ont découvert. J’étais même avant les élections présidentielles de 2018 l’activiste féminine africaine la plus populaire avec plusieurs centaines de milliers de fans avant que vous ne fiassiez désactiver mes pages par pure méchanceté.

Disais-je donc, depuis plus de 15 ans que je mène ce combat, aucun camerounais d’une autre tribu n’a jamais osé faire un montage de photo nue sur moi, je dis bien aucun ! Aucun Cameroun d’une autre tribu ne m’a jamais traité de pute, aucun n’a jamais fait des faux montages pour discréditer mes diplômes…

Au pire, ils me faisaient des menaces à la con du genre : « attends quand tu vas mettre les pieds ici au Cameroun …Ou, tu attaques le patriarche des Ekang…». Mais jamais, ces Camerounais ne se sont attaqués à ma personne, à mon intégrité morale, ils n’ont jamais violé mon intimité comme vous l’avez fait.

N’étais-je pas une femme forte que j’aurais pu me suicider tellement le niveau d’harcèlement était à son comble!
À cause de vous, nous autres marchons ici dehors avec la honte. Vous avez trainé l’honneur de notre tribu dans la merde. Vous avez fait de nous les parias du Cameroun. Votre comportement indigne et malpropre a même légitimité la parole des inconscients qui disaient qu’un Bamileké ne sera jamais président au Cameroun. Par votre cruauté et méchanceté aiguë, vous avez réussi l’exploit de retourner toutes les autres tribus contre nous…Il faudra encore Dieu seul sait combien de temps pour qu’un Bamileké puisse réunir derrière lui les camerounais de tout bord comme Kamto en 2018, car aujourd’hui, tous regrettent l’avoir un jour soutenu…

Le climat social est tendu, le tribalisme s’est accentué à cause de vous. C’est vous les bourreaux, c’est vous encore qui jouez à la victime !!! Dès que vous entendez quelqu’un quelque part dire : « Bamileké », vous bondissez…!!! Je n’arrive toujours pas à comprendre depuis quand Bamileké est devenu une insulte dans ce pays…La vérité c’est que des milliers de camerounais comme moi recherchons désespérément le Cameroun de notre enfance. Ce Cameroun où on pouvait se taquiner, blaguer, manger ensemble sans distinction de groupe ethnique.

Je vous accuse d’avoir jeté la boue sur l’honneur de notre peuple jadis reconnu comme des gens nobles, respectueux et travailleurs.
De grâce, laissez tous les autres camerounais parler ou condamner les actes amoraux dans ce pays, mais vous, rendez nous un service ; taisez-vous !
Partagez pour que cela soit entendu !

Dr Modestine Carole Tchatchouang Yonzou


Rejoignez notre newsletter!