Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 22Article 574894

General News of Monday, 22 February 2021

Source: camerounweb.com/mimi méfo

Les sécessionnistes défient l'Hon Ngah Estella et promettent l'enfer aux militaires

'Nous envoyons ce message clair à ceux qui soutiennent encore l'armée' 'Nous envoyons ce message clair à ceux qui soutiennent encore l'armée'

Il y a quelques jours, Hon Ngah Estella, la députée de Mbiame, Bui, une division dans l’une des régions du Cameroun touchées par le conflit, s’est présentée dans sa circonscription.

La députée qui, comme beaucoup d'autres politiciens, vit hors des régions anglophones a dit aux habitants qu'elle était de retour pour reconstruire sa communauté, et même les combattants séparatistes ne perturberaient pas son programme.
«Je suis ici en mission pour le gouvernement. Nous n’avons pas de terroristes au Cameroun. Le Cameroun est un et indivisible, on ne pourra jamais séparer ce pays », a-t-elle dit aux habitants, promettant de porter leurs projets de développement notamment la construction de routes.

Fortement protégée et vêtue d'un gilet pare-balles, Hon Ngah Estella a déclaré aux habitants que ceux qui combattaient toujours le gouvernement du Cameroun pour un État séparatiste n'étaient plus des terroristes, mais de simples voyous utilisant la situation pour gagner de l'argent.
«Aucun terroriste ne sera à Mbiame parce que c'est la décision du gouvernement. Il y a des voleurs dans les buissons pas amba », a-t-elle noté.

Hon Ngah Estella a en outre exhorté la population à lyncher toute personne soupçonnée d'être un combattant séparatiste.
«Si un sécessionniste dit quoi que ce soit ou essaie de vous déranger, sortez comme la population et terminez avec eux comme les autres le font. Si vous appréhendez tous un amba et le faites tuer, aucun autre ne passera ici ». a-t-elle déclaré

La femme politique a continué en louant ce qu'elle a dit avoir été le travail acharné des militaires dans la lutte contre les séparatistes.
«Je n’ai peur d’aucune ambazonien. Si quelqu'un veut me connaître, il ou elle me connaîtra. Je suis une femme mais je ne suis pas une femme », dit-elle.

Beaucoup n’avaient pas encore digéré les déclarations du député lorsque lesdits séparatistes ont répondu, instillant plus de terreur dans le pays.

L'Ambazonia Defence Force, l'ADF, l'une des nombreuses factions séparatistes combattant le gouvernement camerounais dans un communiqué il y a quelques heures, a déclaré avoir réagi aux propos du député en enlevant certains membres des forces armées et ne s'arrêterait pas tant que les soldats du gouvernement ne seraient pas retirés des zones concernées.

Dans une vidéo faisant le tour des réseaux sociaux, des hommes non identifiés arborent des tenues militaires, des armes et des munitions qu'ils prétendent avoir saisis après avoir enlevé un soldat.
"L'argent qu'il collectait auprès de tous nos civils ici à Bui, nous avons collecté tout l'argent sous les auspices des forces de défense ambazoniennes", a déclaré un individu non identifié dans la vidéo.

Il a en outre envoyé un avertissement à tous les civils de la division de Bui, promettant de ne ménager à personne de coopérer avec les forces gouvernementales.
"Nous envoyons ce message clair à ceux qui soutiennent encore l'armée: pourquoi est-ce fait à l'armée aujourd'hui, vous porterez également la croix", a-t-il averti, ajoutant que "si quelqu'un pouvait être tué avec cette arme sophistiquée, pensez-vous à vous quand vous ne portez rien?

La situation actuelle a laissé les habitants plus confus et effrayés, étant donné la situation déjà déplorable dans laquelle ils vivent.

Bui où se situe Mbiame reste l'une des divisions des régions anglophones où les combats sont les plus intenses et les plus meurtriers. Au cours des derniers mois, plusieurs attaques, enlèvements et combats armés ont été enregistrés dans la division, faisant de nombreux morts, d'autres mutilés et davantage de déplacés.

L'échange entre les forces gouvernementales et les séparatistes étant apparemment loin d'être terminé à Bui et dans d'autres régions des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le sort de nombreux habitants du pays est toujours en jeu.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter