Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 01Article 545734

General News of Thursday, 1 October 2020

Source: camerounweb.com/mimi méfo

Les sécessionnistes célèbrent 'l'indépendance de l'Ambazonie'

Les jours de l'indépendance sont souvent marqués par une grande jubilation dans de nombreux pays. Aujourd'hui, des pays comme le Nigéria célèbrent sans doute leur indépendance. On ne peut cependant pas en dire autant des Camerounais anglophones, qui ne peuvent vivre que dans la peur de ce qui pourrait arriver en cas de problème au cours de cette journée. C'est devenu un jour pour beaucoup, caractérisé par la peur, le deuil et les lamentations, plutôt que par une célébration.

Aujourd'hui, des factions de Camerounais anglophones des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun commémorent timidement la prétendue restauration de leur État indépendant, désormais connu sous le nom d'Ambazonie. La restauration perçue a été déclarée par le président autoproclamé, Sisiku Julius Ayuk Tabe, le 1er octobre 2017, déclenchant une guerre sécessionniste qui traîne au Cameroun depuis près de quatre ans. Julius Ayuk Tabe et 9 autres dirigeants séparatistes purgent actuellement une peine d'emprisonnement à perpétuité dans la prison centrale de Yaoundé.

Avant la commémoration d’aujourd’hui de la fête de l’indépendance dans tout le Cameroun anglophone, des combattants séparatistes qui luttent pour légitimer leur statut d’État d’Ambazonie ont diffusé des clips vidéo montrant des préparatifs intensifiés à Mamfe dans la région du Sud-Ouest et à Batibo dans la région du Nord-Ouest.

Le 1er octobre depuis 2017, a été largement célébré dans les différentes sous-divisions, les habitants se joignant à des combattants séparés pour hisser les drapeaux d'Ambazonie sur les lieux de cérémonie, suivis d'un match civil et militaire.

Le conflit sécessionniste de près de quatre ans a vu des villages incendiés, des infrastructures détruites et plus de trois mille personnes tuées, dont des enfants et des femmes. Malgré les efforts de l'armée camerounaise pour contrecarrer les célébrations du 1er octobre de chaque année, l'événement est toujours célébré dans la plupart des villages.

La diaspora d'Ambazonia qui mène la guerre sécessionniste au Cameroun anglophone a fait des promesses et des promesses financières, a organisé des collectes de fonds et a promis que son voyage pour atteindre Buea, la future capitale de la république d'Ambazonie, doit être réalisé à tout prix.

Ambazonie_Celebration

Histoire du 1er octobre

La République du Cameroun et la République fédérale du Nigéria, anciens territoires de tutelle de l'ONU administrés respectivement par la France et la Grande-Bretagne après la seconde guerre mondiale, ont chacun obtenu leur indépendance en 1960.

Étant donné que le nord du Cameroun et le sud du Cameroun étaient tous deux administrés par la Grande-Bretagne de manière autonome en tant que parties du Nigéria, on leur a demandé de choisir d'accéder à l'indépendance en rejoignant le Nigéria ou la République du Cameroun. Le sud du Cameroun a voté pour rejoindre la République du Cameroun tandis que le nord du Cameroun a voté pour rejoindre le Nigéria.

À la suite de ce plébiscite qui a eu lieu le 11 février 1961 et de la confirmation des votes dans la résolution 1608 de l'Assemblée générale des Nations Unies du 21 avril 1961, le Southern Cameroons a officiellement rejoint la République du Cameroun le 1er octobre 1961 pour former la République fédérale du Cameroun. .

Verrouillages fréquents, un fardeau pour beaucoup

Depuis la déclaration unilatérale d'indépendance du 1er octobre 2017, les deux régions anglophones ont traversé une misère incalculable des deux côtés. Les dirigeants séparatistes et les combattants sur le terrain ont appelé au boycott des écoles, imposé des villes fantômes comme moyens de sabotage économique et une revendication de légitimité. Cependant, ces mouvements n'ont fait qu'accroître la misère de la population déjà souffrante, car elle a vu les anglophones des régions traverser des épreuves incessantes.

Selon Stephen Kiven, les fréquents verrouillages ont réussi à séparer sa famille et à le rendre financièrement impuissant «J'ai été contraint de fermer mon bar à Bamenda. Ma femme et mes enfants sont avec ma sœur à Yaoundé alors que j'ai été contraint de déménager à Bafoussam. J'ai essayé de rétablir mon entreprise à Bafoussam et pourtant ce n'est pas rentable. J'essaye maintenant de récupérer mes quelques affaires et de rejoindre ma famille à Yaoundé. Je prie pour que la guerre se termine bientôt », dit-il.

Pour certains, ce ne sont pas seulement les entreprises qui sont brisées, tout leur avenir réside dans les courses à cause des décisions qui leur sont imposées par les difficultés créées par le conflit. «Je suis maintenant une mère adolescente à cause du conflit. Je me suis enfui de Belo à Bamenda avec ma famille. À Bamenda, j'ai partagé une chambre avec mes parents. Imaginez, une fille âgée de 18 ans restant dans une pièce avec votre mère, votre père et vos quatre frères et sœurs. Les choses ont tellement mal tourné que je me suis enfuie pour rester avec mon petit ami, et cela s'est terminé par une grossesse. Je n'ai pas les moyens pour mon bébé et le père de ma baie de 7 mois s'est également enfui en me laissant avec un bébé et ce qui signifie que je ne peux pas continuer mes études », a déploré Tracy Samoh.



1 octobre 2020 en contexte

On craignait que la commémoration d’aujourd’hui du 1er octobre dans tout le Cameroun anglophone ne se traduise par des batailles avec des armes à feu, car il y a eu un déploiement militaire intense dans les deux régions, en particulier dans les zones où les combattants séparatistes sont actifs. Quelques semaines avant l’événement d’aujourd’hui, cinq jeunes ont été sommairement exécutés par les militaires à Bamenda et Buea respectivement. Il est donc à craindre que de telles scènes ne se répètent aujourd'hui dans les deux régions.

Du SCNC à la révolution anglophone

Traditionnellement célébrée par le Conseil national du sud du Cameroun (SCNC) comme le jour de l'indépendance, elle était autrefois caractérisée par la timidité, tribale et même segmentée avec les divisions Bui et Ndonga –Mantung défendant de telles célébrations. Personne ne pouvait avoir le courage de hisser le drapeau à rayures bleues et blanches et de parler moins d'accord et même de chanter l'hymne national. Les histoires sur la façon dont de tels drapeaux étaient fondés le matin sur la cime des arbres dans les buissons semblaient être des contes de fées. C'était l'affaire des hommes et des femmes retraités qui, selon beaucoup, imploraient la mort. Le jour même, des fourgons de police expédiaient une centaine à Bamenda de Kumbo et d'autres régions, juste pour être libérés quelques jours après. Malgré ces intimidations caractérisant la journée, il n'y a pas eu d'effusion de sang. Depuis 2017, cependant, la situation a changé, le 1er octobre devenant de plus en plus un jour de deuil plutôt qu'une célébration de la liberté.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter