Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 19Article 567932

Health News of Tuesday, 19 January 2021

Source: L'obstétricien

Les pertes vaginales : les autres types de pertes !

Hier nous avons fait un préambule au sujet des pertes vaginales et de l’information que celles ci envoient. Nous nous sommes appesantis sur un seul type de perte (hydrorrhée) mais aujourd’hui nous allons parler plus en détails des autres types de pertes vaginales!

- LES PERTES VAGINALES PHYSIOLOGIQUES

Elles sont blanches ou transparentes, inodores et sans signes associés. Ces secrétions physiologiques n’engendrent aucune irritation et ne sentent pas mauvais. Toutefois, leur abondance peut parfois être source de gêne pour la femme et justifier une consultation. Il faut préciser que ces pertes sont produites sous l’influence des ŒSTROGÈNES (hormones de la féminité) ce qui fait que chez la femme enceinte il y aura une plus grande quantité de pertes physiologiques à cause de son taux d’œstrogènes élevé!

- PERTES VAGINALES AU COURS DE LA MÉNOPAUSE

Lors de la ménopause, sous l'influence de la baisse des œstrogènes, les pertes vaginales s'arrêtent.
Leur persistance peut être due à :
- Une atrophie vaginale par carence hormonale dont le traitement sera hormonal,
- Une infection sexuellement transmissible ou une mycose vaginale,
- Un cancer de l'utérus.

- PERTES VAGINALES D’EAU OU DE SANG EN DEHORS DU CYCLE

Des pertes vaginales d'eau (hydrorrhée) ou de sang (menometrorragie) peuvent être révélatrices d’une LÉSION du col de l'utérus, de l'endomètre (muqueuse tapissant les parois de l'utérus) ou des trompes. Ces lésions peuvent être des polypes, des fibromes, des lésions pré-cancéreuses ou déjà au stade de cancer. Elles doivent amener à consulter le plus rapidement possible!!

- PERTES VAGINALES DUES À UNE MYCOSE

La mycose vaginale est due à un champignon appelé CANDIDA ALBICANS, qui entraîne des pertes vaginales d'aspect BLANCHÂTRE et GRUMELEUX (en caillots), associées à des DÉMANGEAISONS et des BRÛLURES vaginales.

Ce n'est pas une maladie sexuellement transmissible : ce champignon fait partie de la flore normale de la bouche et du tube digestif (vous comprenez donc comment il fait pour se retrouver laba!!. Une perturbation de l'équilibre de la flore vaginale entraîne un développement excessif de ce champignon. Cette perturbation peut être HORMONALE (grossesse, ménopause), due à une ANTIBIOTHÉRAPIE ou à une maladie (diabète, immunodépression). Cela peut aussi être dû à une hygiène intime inadaptée : toilettes excessives, utilisation d'antiseptiques locaux, pantalons trop serrés, sous-vêtements en fibres synthétiques, piscine.

- PERTES VAGINALES DUES À UNE IST

Les pertes vaginales dues à une infection sexuellement transmissible sont habituellement VERDÂTRES et NAUSÉABONDES, parfois associées à une FIÈVRE et des DOULEURS PELVIENNES. Les bactéries en cause peuvent infecter les trompes et provoquer une SALPINGITE.

Cela nécessite des antibiotiques, ainsi que la recherche d'autres infections sexuellement transmissibles.

- PERTES VAGINALES DUES À UNE BACTÉRIE : GARDNERELLA VAGINALIS

La bactérie Gardnerella vaginalis fait partie de la flore normale du vagin. Elle peut provoquer une infection vaginale en cas de PERTURBATION DE L’ÉQUILIBRE DE LA FLORE. Les pertes vaginales sont alors ABONDANTES, GRISÂTRES et NAUSÉABONDES(on dit qu'elles sentent le « poisson pourri »). Ce n'est pas une infection sexuellement transmissible et cela se traite par antibiotiques.

Ce qu’il faut retenir et comprendre à ce niveau c’est que chaque aspect des pertes vaginales traduit une information bien précise. Et le germe en cause n’est pas toujours le même. Raison pour laquelle il es déconseillé de prendre des ovules ou autres traitement sans avoir consulté le spécialiste qui vous fera passer des examens avec antibiogramme de manière à ce que le traitement soit le plus efficace possible!!