Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 13Article 588907

General News of Tuesday, 13 April 2021

Source: www.camerounweb.com

Les morts en cascade dans le sérail: les explications d'un prêtre camerounais

Les morts en cascade des personnalités politiques camerounaises créé la panique dans le sérail. Pour le père jésuite Ludovic Lado, ces morts en série, ces derniers jours sont une sorte 'd’alternance par la mort'

Selon père Lado, il s'agit d’alternance 'par la mort' et cette dernière 'fait rage au Cameroun, mais quelques courageux résistent!', explique l'homme de Dieu.

En l’espace de 3 jours, plusieurs personnalités sont décédées laissant le pays dans le deuil et la consternation.
C’est le deuil au Cameroun depuis vendredi dernier. En l'espace de 2 jours seulement, le pays a perdu plusieurs grandes figures dont des anciens ministres, sénateur et écrivains. Il s’agit de Martin Aristide Okouda, Gervais Mendo Ze, Victor Mukete et Guillaume Oyono Mbia.

Chief Fon Mukete, doyen d'âge du sénat, il a rendu l'âme samedi 10 avril 2021 à l’âge de 103 ans, des suites de maladie à l'hôpital général de Yaoundé.

L'ex chef suprême des Bafaw dans la région du Sud-Ouest, quoique physiquement affaibli, avait présidé la plénière d'ouverture de la session parlementaire de mars 2021 au sénat en sa qualité de doyen d'âge du Sénat.
Agé de 103 ans, il restait l’un des acteurs majeurs de la réunification dans les années 1960 encore en vie. Il en était d’ailleurs l'un des gardiens de la mémoire du pays.

Avant la réunification du Southern Cameroons avec le Cameroun français, il fut ministre de l’information au Nigeria. Au Cameroun, il a été directeur de la Cameroon Development Corporation (CDC) de 1960 à1982 ; ensuite juge à la cour ; membre du Conseil économique et social ; vice-président de la chambre de commerce, des mines, de l’industrie et de l’artisanat du Cameroun. Lors de la première élection sénatoriale de 2013, il est nommé sénateur par le président de la République. Il y restera jusqu’à sa mort.

Gervais Mendo Ze, est finalement décédé vendredi dernier après avoir passé plusieurs mois sur son lit du pavillon VIP de l’hôpital central de Yaoundé. Ancien directeur général de la Crtv, les derniers instants de Gervais Mendo Ze ne furent pas un long fleuve tranquille. Aux prises avec la justice depuis 2014, le créateur de La Voix du Cénacle sera condamné à 20 de prison pour un détournement de 18 milliards de francs CFA. C’est du fond de sa cellule à la prison centrale de Kondengui que sa situation sanitaire va s’aggraver. Une image de lui, affaibli, végétatif et se faisant nourrir va d’ailleurs fuité sur les réseaux sociaux et crée une vive polémique.
Né le 25 décembre 1944 à Nkongmekak dans l’arrondissement de Meyomessala, Gervais Mendo Ze a été tour à tour directeur général de la Crtv, puis ministre délégué auprès du ministre de la communication.
De son retour de Bordeaux, il a intégré à moins de 30 ans le corps des enseignants de la faculté de Lettres de l’université de Yaoundé. Il y retournera après sa sortie du gouvernement en 2008, jusqu’en 2014 où ses déboires avec la justice commence.

Dans la journée de vendredi, c'est d'abord l'ancien ministre des travaux publics, Martin Aristide Okouda qui est décédé des suites de maladie à Paris.

Agé de 70 ans, cet économiste, diplômé de Sciences Po Paris et de l’Institut d’administration des entreprises de Paris, a occupé de hautes fonctions depuis 1987. Chargé de mission au cabinet du président de la République, il sera ensuite détaché comme conseiller spécial du Premier ministre Sadou Hayatou en 1991.
De 1992 à 2000, il retourne à la présidence de a République, cette fois comme chargé de mission à la Présidence, avant de se voir confier quelques portefeuilles ministériels. Il est tour à tour ministre des Investissements Publics et de l’Aménagement du Territoire, puis ministre des Affaires Economiques, de la Programmation et de l’Aménagement du Territoire, l’ancienne et dernière appellation de l’actuel ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire. Et enfin ministre des Travaux Publics.

Membre du Comité central du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), ce membre du sérail a également présidé au Conseil d’administration de la Société Commerciale de Banque (SCB) Cameroun.

Le dramaturge camerounais Guillaume Oyono Mbia est venu boucler la boucle de ce mauvais vent qui souffle au Cameroun depuis quelques semaines. Samedi dernier, il a tiré son rideau des suites de maladie. Auteur de la célèbre pièce de théâtre : « trois prétendants un mari », Guillaume Oyono Mbia est né le 2 mars 1939 à Mvoutessi au Cameroun. Après une carrière d’enseignant vers les années 1961, il entame des études en Grande Bretagne où il obtient un diplôme de traducteur ainsi qu’un Bachelors of Arts degree en 1969. De retour au Cameroun, il rejoint le corps des enseignants au département d’anglais de l’université de Yaoundé. En tant qu’écrivain, il a reçu plusieurs distinctions notamment : le prix du concours théâtral africain, le prix du Concours théâtral interafricain, et le prix El Hadji Ahmadou Ahidjo.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter