Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 08Article 606979

Actualités of Thursday, 8 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Les litiges fonciers en débat à l’Assemblée nationale

Les élus de la nation  veulent que cette situation prenne fin Les élus de la nation veulent que cette situation prenne fin

Les élus du peuple ont aussi évoqué la question des litiges fonciers au Cameroun.

Ils ont ensuite soulevé la question des indemnisations.

Les élus de la nation veulent que cette situation prenne fin.

Henri Eyebe Ayissi, ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières était devant les députés lundi dernier. Le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières a été interpellé sur plusieurs questions qui préoccupent les députés. Les élus de la nation ont voulu voir clair sur quelques questions liées au foncier. Parmi les questions abordés, celle de l’accaparement des terres par une minorité de Camerounais ; celle de la multiplication des conflits et des litiges liés à l'insuffisance des outils de modernisation de la gestion foncière et enfin celle des indemnisations.
Au sujet des indemnisations, les députés n’ont pas tari de remontrances envers le système actuel qui paupérise les plus pauvres. Selon plusieurs élus, il existe un flou sur les mécanismes mis sur pied pour gérer les indemnisations relatives aux « expropriations pour cause d’utilité publique ». Selon plusieurs députés rencontrés, « il est douloureux que des familles qui ont vu leurs titres fonciers abandonnés à l’administration, et qui ont perdu leurs biens ne puissent pas, après des années, être indemnisées. Alors que les discours que nous entendons sont que ces indemnisations sont souvent faites après l’expropriation ». Une difficulté qui s’accompagne des autres complications qui sont l’acquisition des titres fonciers, leur sécurisation, et l’obsolescence des textes juridiques qui encadrent ce processus.

La multiplication des conflits

A côté du problème des indemnisations, les députés déplorent une multiplication des conflits et des litiges liés à l'insuffisance des outils de modernisation de la gestion foncière. Ils notent aussi l'insuffisance de la protection des droits des collectivités coutumières sur leurs terres ancestrales et surtout une difficile prise en compte des spécificités du foncier rural, face aux perspectives et exigences du développement agricole et la nécessité de garantir l'expression des coutumes.

Rejoignez notre newsletter!