Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 18Article 535531

General News of Tuesday, 18 August 2020

Source: Actu Cameroun

Les confidences de Lydienne à son père avant son assassinat par le sous-préfet révèle

Patrice Mboma Ebemby estime que c’est une partie de lui qui s’écroule.
Quelques semaines après la disparition de Lydienne Taba, tuée par son amant de sous-préfet de la Lokoundjé, le père de la victime sort de sa réserve. Dans un entretien avec le journal Le Jour il décrit les circonstances dans lesquelles il a appris cette triste nouvelle. « Je l’ai appris dans des conditions assez difficiles. J’ai échangé avec ma fille sur WhatsApp la veille vendredi 24 juillet, jusqu’à 21 h30. On s’est souhaité bonne nuit. J’ai été surpris par le coup de fil samedi aux environs de 16 h m’annonçant son décès. On n’a pas pu me l’annoncer directement », explique-t-il.

« Mon épouse étant confinée au Cameroun depuis mars et moi vivant avec ma belle-sœur au Congo, c’est cette dernière qu’on a saisi afin qu’elle essaie un peu de me contenir. J’étais assis au salon. Je visionnais quand elle s’est approchée de moi. Elle me demande d’appeler le Cameroun. Moi, surpris par sa requête, je me demande ce qui se passe. J’ai directement pensé à ma maman et à ma belle-mère parce que les deux sont malades depuis quelques temps. C’est à ce moment que ma belle-sœur crie le nom de Lydienne » annonce Patrice Mboma Ebemby.

Nick Nick

Par la suite, il poursuit, « j’étais déjà en ligne sur WhatsApp avec sa cousine Mado chez qui elle vivait à Kribi. Celle-ci m’indique par message « Tonton c’est très grave ici. Je suis avec Nick Nick (mon épouse) ». J’ai donc préféré l’appeler. Il était difficile d’avoir quelques mots. Tout le monde était un pleurs, eux de leur côté et nous du nôtre.. J’ai seulement suivi dans les bribes : « le sous-préfet ». Qu’elle est sortie, elle n’est pas revenue le matin. On l’a appelée, le téléphone ne passait pas ».
« Mon épouse me dit qu’elle a été approchée vers 13h par les gendarmes qui l’ont conduite à la morgue pour lui présenter le corps. La suite, je ne peux pas vous le dire parce que c’était pour moi une folie. J’ai piqué une crise à l’immédiat et je suis tombé. Je me suis réveillé quelques temps après entouré de voisins qui ont accouru suite aux pleurs », conclut-il à ce sujet dans le quotidien Bleu.

BTS

Dans les colonnes du journal, il évoque également le dernier contact avec sa fille à la veille de sa mort. « J’ai échangé avec elle sur WhatsApp la veille, donc le vendredi 24 juillet, jusqu’autour de 21 h30. Notre conversation portait sur la date de l’ouverture des frontières. Je lui disais d’informer aussi par téléphone sa maman que je n’arrivais pas à avoir. Elle était en attente de l’ouverture des frontières pour regagner le Congo. Parallèlement, Lydienne devait aussi venir avec elle pour passer des congés et avoir la possibilité de trouver un stage, puisque c’est là-bas que j’ai un peu plus de relations. La conversation de vendredi portait donc sur ce sujet et un bref aperçu sur le niveau général des trois ou quatre épreuves de Bts (Brevet de technicien supérieur) qu’elle venait de composer ».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter