Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 16Article 597190

xxxxxxxxxxx of Sunday, 16 May 2021

Source: camerounweb.com

Les Etats Unis vont mettre la pression pour obtenir l’annulation de la peine de prison contre Shakiro

Njeukam Loïc Midrel alias Shakiro et son complice Mouthe Roland alias Patricia ont été condamné à 5 ans de prison

Ils doivent aussi payer d'une amende de 200.000F.CFA, pratiques homosexuelles.

Les Etats-Unis entendent jouer de tout leur poids pour obtenir l’annulation de la peine de prison prononcée contre les deux transgenres.

Deux homosexuels Njeukam Loïc Midrel alias Shakiro et son complice Mouthe Roland alias Patricia ont été condamné à 5 ans de prison par le tribunal de première instance de Douala. Ils ont été reconnu coupable de pratiques homosexuelles.
Après cette condamnation, l’ambassade des Etats Unis à Yaoundé n’a pas gardé son silence, dans un message posté sur les pages de cette représentation diplomatique, on peut lire : « Nous sommes préoccupés par la sentence de 5 ans de 2 femmes transgenres et par la hausse des arrestations de personnes LGBTQI au Cameroun. Il est essentiel que les gouvernements œuvrent pour que tous les individus jouissent librement des droits de l’homme et des libertés fondamentales », voit-on sur le site des Etats-Unis à Yaoundé.
Et justement parlant de ces droits fondamentaux, l’ambassade des Etats Unis aurait décidé de contraindre les autorités camerounaises à respecter les droits de Shakiro et de Patricia. Selon plusieurs sources, l'ambassade des États-Unis au Cameroun devra agir notamment dans la suite du procès en appel. Il sera question pour les américains d’exiger que les lourdes peines infligées contre ses deux jeunes soient tout simplement annulées. De ce fait, Washington devra faire intervenir sa diplomatie pour amener les autorités camerounaise à se plier.

Le Code pénal

Le Code pénal camerounais est pourtant opposé à la pratique de l’homosexualité. En son article 347-1, page 303, intitulé « homosexualité », il est précis qu’est puni d’un emprisonnement de six mois à cinq ans et d’une amende de 20.000 à 200.000 francs toutes personnes qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe. »)

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter