Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 22Article 581968

General News of Monday, 22 March 2021

Source: www.camerounweb.com

Les Bamilékés honorent leurs morts en déterrant les crânes - Dr Modestine Yonzou

Pour Dr Modestine Carole Tchatchouang Yonzou, les africains, les Camerounais, en particulier les Bamilékés ne devraient pas avoir honte de certains rituels qu'ils font et qui sont assimilés par l'occident comme du satanisme.

'Lorsque certains Peuples à l’instar des Bamilékés honorent leurs morts en déterrant les crânes et pratiquant des rituels bien organisés, le colon vient DIABOLISER l'affaire, en prétendant que les Bamilékés pratiquent "le culte des crânes. culte des crânes : expression réductrice et presque insultante, pour ceux qui ont la compréhension raffinée. Mais, voilà qu'au Vatican, lorsqu'on va déterrer le crâne d'un ancien colon religieux pour honorer sa mémoire, on harangue les foules et médias pour présenter au monde les reliques de Saint Antoine/ Sainte Elizabeth, etc , etc..', écrit Dr Modestine Carole Tchatchouang Yonzou dans une publication sur Facebook.

'On harangue donc les foules !!! On exporte le crâne de ce colon religieux jusqu'en Afrique, jusqu'à Yaoundé /Douala. Des messes spéciales sont célébrées en hommage aux crânes de ces colons. Après la messe, des processions sont organisées. De longues files de néo-colonisés religieux parcourent toutes les artères de la ville, portant très haut et exhibant les "reliques" de leur "saint", et Récitant leur "Notre Père".
C'est pour nous qu'ils savent diaboliser, mais depuis la nuit des temps, le culte des ancêtres existe!!! S’ils ont masqué pour eux en culte des saints, toutes les prières adressées à leur ancêtres renforcent leur égrégore et nous affaiblie', ajoute-t-elle.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter