Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 14Article 608005

Actualités of Wednesday, 14 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Les Ambazoniens présentent l'inspecteur de police qu'ils ont enlevé (vidéo)

L'inspecteur de police Ngawe Eko entre les mains des ambazoniens L'inspecteur de police Ngawe Eko entre les mains des ambazoniens

•Un groupe d'Ambazoniens détiennent actuellement deux policiers.

•L'un d'eux a été présenté dans une récente vidéo.

•La peur au ventre, l'officier de police a demandé pardon aux anglophones.


Des combattants ambazoniens ont présenté dans une vidéo récemment postée sur les réseaux sociaux, l'inspecteur de police Ngawe Eko, arrêté il y a quelques jours.

Pour le moment, l'on ne connait pas le sort qui est réservé à ce fonctionnaire de la police camerounaise, enlevé le 7 juillet dernier dans le cadre de son travail. L'on sait en tout cas à partir de cette vidéo qu'il est en vie et en bonne santé. Du moins, pour le moment.



Les séparatistes ne s'en prennent pas qu'aux force de l'ordre et de défense. Il leur arrive de tuer des civils, des chefs traditionnels si cela leur chante.

Enlevé il y a deux mois par des séparatistes, le chef traditionnel du village de Baforkum, village situé non loin de Bamenda a été retrouvé sans vie abandonné au milieu de la route ce 09 juillet 2021.

Selon les premières informations diffusées sur les réseaux sociaux, le kidnapping et l’assassinat du chef traditionnels ont été perpétrés par les groupes armés sécessionnistes.

Cette version est battue en brèche par le journaliste Michel Biem Tong qui révèle que le chef de Baforkum a été enlevé et tué par des gendarmes sur instruction du préfet de la Mezam. Ce dernier tenterait en vain d’obtenir du chef traditionnel, des informations sur les cachettes des combattants ambazoniens.

« Ce chef traditionnel de Baforkum, à Bambui, non loin de Bamenda, a été tué par des gendarmes camerounais sur instruction du préfet de la Mezam. Le monarque local refusait de dévoiler au préfet les lieux où se trouvent implantés les camps des Ambas Restorations Forces dans son village », révèle Michel Biem Tong.

Rejoignez notre newsletter!