Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 07Article 560681

General News of Monday, 7 December 2020

Source: Cameroon Info

Lebialem est très calme sous le contrôle de l'Etat - Le journaliste Aminateh Nkemgu

Journaliste de développement, Aminateh Nkemngu a appelé les habitants de sa division natale de Lebialem dans la région du sud-ouest du Cameroun à mettre fin à «l'irresponsabilité généralisée» et à œuvrer pour la paix et le développement.
Le journaliste / directeur général de The Community Initiative for Development Communication (CODEC) s'exprimait à Menji, chef-lieu du département de Lebialem, dimanche 6 décembre 2020, en marge de l'élection des conseillers régionaux.

Le soi-disant `` général '' séparatiste Ayekeh des Alou Guerrilla / Gorilla Fighters, et son mentor, Oliver Lekeaka alias Field Marshall des `` Red Dragons '' sont connus pour avoir rendu Lebialem presque ingouvernable depuis 2017. Mais après que les forces de l'État aient abattu Ayekeh Lestico le 13 octobre 2020, Lekeaka qui s'était couronné `` roi de Lebialem '' serait tombé dans le comatose.


Le journaliste Aminateh dit que Lebialem est maintenant calme, exhortant ses amis et parents à rentrer chez eux et à faire de la division ce qu'elle devrait être.

Ses mots: «Je suis très heureux d'être à Menji après environ quatre ans. Contrairement à ce que l'on obtient sur les réseaux sociaux, l'endroit est très calme sous le contrôle de l'Etat. Menji est très calme. Mon voyage de Dschang à Menji a été très sûr, contrairement à ce que vous entendrez sur les réseaux sociaux selon lequel il y a eu des coups de feu. Je n'ai entendu aucun coup de feu depuis que j'ai quitté ma maison à Buea.

«Je suis à Menji maintenant. J'avais initialement prévu de partir immédiatement après les élections. Mais j'ai changé d'avis pour passer plus de jours et apprendre à connaître la réalité sur le terrain parce que je pense que notre communauté doit être plus responsable. Ils ont besoin de rentrer chez eux. Nous voulons que les gens rentrent chez eux.

«Je parlais à l'officier principal de la division de Lebialem, M. Mungambo William Ekema et il exprime son choc que ceux d'entre eux qui sont des fonctionnaires soient ici tout le temps. Mais les gens qui sont censés être des indigènes de cette région sont ceux qui viennent et courent. Personne ne sait de quoi ils fuient.

«Et je tiens également à ajouter que les personnes que nous fuyons sont nos enfants. Ce sont des enfants nés à Lebialem. Ce sont des garçons et des filles de Bangwa. Nous les connaissons, nous connaissons leurs parents, nous connaissons leurs maisons. Il est de notre responsabilité collective de les rappeler à l’ordre, de les asseoir et de leur dire que cela ne sert à rien.

«J'étais très inquiet de voir l'hôpital Mary Health of Africa, où je suis né, sans électricité. Et c'est une situation très inquiétante. Et personne ne viendra de Yaoundé ou des Nations Unies ou d'où ils disent que les gens viennent, pour faire de Lebialem un endroit meilleur pour nous. C'est nous qui sommes censés faire de Lebialem ce qu'il est censé être.

«Nous devons arrêter cette irresponsabilité généralisée venant de notre fin. Ils nous marquent déjà au niveau régional et d'autres choses. Nous devons être sérieux. Merci. "

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter