Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 18Article 567665

General News of Monday, 18 January 2021

Source: cameroonintelligencereport.com

Le régime Biya ne veut pas la fin de la guerre au NOSO - Ambazonie

Le vice-président du gouvernement intérimaire du sud du Cameroun, Dabney Yerima, affirme que le régime Biya French Cameroun fait tout ce qu'il peut pour instaurer la désunion entre les groupes de première ligne ambazoniens et empêcher le dialogue entre les deux Cameroun.

« Le gouvernement intérimaire d'Ambazonia est intéressé à tenir un dialogue franc, franc et de confiance avec les habitants de la République du Cameroun et leur gouvernement à Yaoundé alimenté par le Conseil de sécurité des Nations Unies», a cité Dabney Yerima par le Cameroon Intelligence Report Holland Bureau Le chef raconte une réunion du cabinet de guerre mardi.

Yerima, cependant, a noté que "Malheureusement, le régime corrompu de La République du Cameroun a fait tout son possible pour maintenir les groupes de restauration du sud du Cameroun à des positions tirées par des poignards tout en contrecarrant le dialogue entre la République fédérale d'Ambazonie et la République du Cameroun ."

Le 8 septembre 2020, le Congrès des États-Unis a introduit la résolution 684 sur la crise dans le sud du Cameroun qui a été adoptée le 1er janvier 2021.

Le Congrès américain (Sénat et Chambre des représentants) a appelé «le gouvernement du Cameroun et les groupes armés séparatistes des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest à mettre fin à toute violence, à respecter les droits de l'homme de tous les Camerounais, et de poursuivre un dialogue véritablement inclusif en vue de résoudre le conflit civil en cours au Cameroun anglophone ».


La résolution 684 «condamne les abus commis par les forces de sécurité de l'État et les groupes armés dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun, et affirme que les États-Unis continuent de tenir le gouvernement camerounais responsable de la sauvegarde de la sécurité et des droits constitutionnels de tous ses citoyens, de région, de religion ou d’opinion politique. En outre, il exhorte toutes les parties au conflit au Cameroun, le gouvernement du Cameroun, les entités américaines de relations extérieures et les membres de la communauté internationale à prendre des mesures spécifiques pour résoudre le conflit civil en cours au Cameroun.

Le Congrès américain a également critiqué l'action de la France dans le conflit. «… La France maintient des intérêts considérables au Cameroun, y compris une coopération économique et sécuritaire significative, mais n'a pas suffisamment utilisé son influence pour endiguer les atrocités commises dans les régions anglophones ou pour soutenir une action internationale plus forte pour rechercher une résolution du conflit», a-t- il déclaré.

Pour mémoire, la crise dans la région anglophone, qui en est maintenant à sa cinquième année, a déjà entraîné, selon les ONG, plus de 5 000 morts et environ 700 000 personnes déplacées. Du fait de ce conflit, quelque 3 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire et 855 000 enfants ne sont pas scolarisés.

Ailleurs dans ses propos, Dabney Yerima a déclaré que le gouvernement intérimaire du sud du Cameroun avait annoncé une proposition pour l'ONU d'envoyer une mission d'enquête au sud du Cameroun qui viserait particulièrement à développer le dialogue entre Ambazonie et la République du Cameroun.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter