Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 03 30Article 584857

Actualités of Tuesday, 30 March 2021

Source: www.camerounweb.com

Le prochain président du Cameroun ne sera ni du Sud, ni du Nord selon un internaute

le palais convoité le palais convoité

C’est l’analyse faite par un internaute qui explique que le coup d’Etat manqué de 1986 a matérialisé la fin de l'axe politique nord-sud dans la vie publique au Cameroun. Lisons son analyse.

Comme j'ai expliqué dans mon post précèdent, le Cameroun est dirigé depuis plusieurs décennies par l'axe politique Nord-Sud, mis en place par l’administration coloniale d'abord pour affaiblir l'UPC, ensuite pour assurer la gestion des affaires courante.

Ainsi, André Marie Mbida fut remplacé par Amadou Ahidjo, puis Ahidjo lui-même céda la magistrature suprême à Paul Biya sous injonction de la France de Mitterand.

La transition du pouvoir de 1982 fut pacifique. Malgré l'opposition des élites du grand nord, Amadou Ahidjo adouba et installa Paul Biya au palais d Etoudi. Le pouvoir qu’il avait reçu du SUD vers le NORD, retourna au SUD, selon la pratique de l'axe politique NORD-SUD.

Selon les historiens comme Philippe Gaillard (tome 1 et 2), l’élite du Nord se sentant mal à l'aise du fait que certains leviers du pouvoir lui échappaient, a entrepris d'organiser un coup d’Etat via la garde républicaine qui hélas fut un échec.

La suite fut les arrestations massives, les jugements devant le tribunal militaire, les exécutions et enterrement dans les fosses communes a Mbalmayo, les détentions sans jugement, le gel des comptes bancaires, la confiscation des biens mobiliers, l'exile et la condamnation par contumace.

La remise en cause de l'axe NORD-SUD à travers le coup d'Etat du 6 avril 1984 et les conséquences qui en découlèrent pour l’élite politique du Septentrion, est selon plusieurs historiens camerounais, LA MATERIALISATION DE LA FIN DE L'AXE POLITIQUE NORD-SUD.

Difficile dans ce contexte d'envisager une transmission pacifique du pouvoir politique entre le Nord et le SUD, car le sang a coulé, la dépouille de l'ancien Chef d'Etat est en exil, l'ex première dame vit au Sénégal, les familles des hommes et femmes fusilles en 1984 n'ont pas encore fait le deuil, ni recouvert leurs immeubles ou argent liquide.

Certes il y a eu une légère détente en 1990 a la faveur de la réintroduction du MULTIPARTISME dans le jeu politique au Cameroun. Bello Bouba Maigari et autres sont rentres d'exil, repris leur place dans l’arène politique au Cameroun. Mais elle ne solde pas le contentieux politique née du coup d'Etat de 1984. Cela matérialise plutôt une tentative très timide de reconstruire, mais sans succès, car cela passe par la JUSTICE et une vraie RECONCILIATION.

Des lors, cela laisse entrevoir la possibilité d'un changement de paradigme, de l'avènement d'un nouvel axe politique dans les années à venir.

Plusieurs hypothèses sont possibles. En ce qui nous concerne, nous étudierons l'émergence d'une nouvelle alliance politique au Cameroun: l'axe politique Nord-ouest(le septentrion et le territoire des grassfields).

Rejoignez notre newsletter!