Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 24Article 507832

General News of Friday, 24 April 2020

Source: cameroon-tribune.cm

' Le président de la République s’est montré cohérent et conséquent '

Dans un communiqué rendu public par le ministre d’Etat, SGPR, le président de la République a décidé de l’annulation des célébrations publiques des festivités liées aux Fêtes du 1er Mai et du 20 Mai 2020 en rapport avec la pandémie du Covid-19. Qu’est-ce qu’il faut entendre par là ? D’autres événements peuvent-ils être organisés ? Si oui, de quels types ?

J’ai pris connaissance, comme tous les Camerounais, de l’annonce officielle de l’annulation pour le compte de l’année en cours, des festivités traditionnellement organisées au Cameroun comme dans de nombreux pays, pour marquer la Fête internationale du Travail et la Fête nationale, cette dernière étant célébrée le 20 mai.


Il va de soi que le président de la République, garant de la sécurité sanitaire de ses compatriotes et même des étrangers vivant sur le territoire camerounais, a pris le temps de l’évaluation méthodique pour pouvoir, au moins à ce stade, prescrire un train de mesures déjà mises en œuvre par le Gouvernement, sachant que d’autres pourraient suivre, tant pour limiter la propagation du fléau sus-évoqué, que pour en atténuer l’impact socio-économique. Pour revenir à l’essence de votre question, il faut simplement comprendre que le chef de l’Etat s’est montré cohérent et conséquent, sachant pour le cas d’espèce, que le risque étant actuel, il eût été difficile d’autoriser les regroupements voire le brassage des populations habituels, qu’il s’agisse des préparatifs, desdites manifestations elles-mêmes, et des cérémonies connexes.

Il s’agit notamment des réunions préparatoires, des répétitions du défilé, de la retraite aux flambeaux, du Show aérien à la Base militaire de Yaoundé, des défilés dans toutes les villes et des réceptions offertes par le président de la République ou ses représentants dans le pays profond. Enfin, si au plan théorique l’on aurait pu envisager un redimensionnement ou une redéfinition de contenu, le choix opéré par le Magistrat suprême me paraît sans équivoque. Il s’agit d’une annulation.

Cependant cette décision du reste légitime et donc acceptée par la majorité de nos compatriotes, n’interdit pas l’organisation de débats, notamment à l’initiative de divers médias, pour commémorer l’évènement ou la Valeur que symbolise pour les citoyens camerounais la date du 20 mai, à savoir l’Unité nationale, pour toujours la magnifier, au regard de ses multiples avantages.

Cela est-il déjà arrivé auparavant pour l’un ou l’autre de ces deux événements qui ont une certaine symbolique pour les Camerounais ?

Au demeurant et en revisitant l’histoire de notre pays, il est arrivé que des évènements majeurs et inattendus surviennent peu avant le 20 mai, sans pour autant avoir conduit à l’annulation des festivités. C’est donc un fait inédit, mais dont la justification est heureusement fort aisée pour tout le monde.

La Fête nationale est l’occasion pour le président de la République de décerner des distinctions à des compatriotes méritants. On sait que les Conseils des Ordres nationaux viennent de se réunir à Yaoundé dans ce sens. Qu’en est-il à ce niveau ?

Les différents Conseils des Ordres nationaux se sont réunis il y a quelques jours à l’initiative du Grand Maître des Ordres nationaux, à savoir le président de la République. Ces instances ont traditionnellement pour mission d’examiner les propositions d’admission ou de promotions reçues au titre de la Fête nationale dans chacune de ses éditions. Ce travail préalable étant déjà accompli, il est loisible à la Haute autorité compétente d’y donner suite, sous-réserve que les cérémonies d’attribution solennelles habituelles soient organisées quand le contexte sanitaire le permettra.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter