Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 14Article 596992

Actualités of Friday, 14 May 2021

Source: www.camerounweb.com

Le peuple Bassa’a revendique sa part du gâteau national

• Le peuple Bassa-Bati-Mpô peine encore à retrouver les postes qu’ils occupaient au sein de l’appareil de l’Etat

• Le pouvoir doit respecter les équilibres sociologiques et anthropologiques, dans la redistribution des postes

• Lire la chronique de Samuel Mbonjock

Depuis le décès en 2011, du ministre d'État, Augustin Frédéric Kodock, le peuple Bassa-Bati-Mpô peine encore à retrouver ses lettres de noblesse, dans l'échiquier cosmopolitique du partage rationnel du gâteau national. Pire encore aujourd'hui, après la disparition, le 28 avril 2021, du tout dernier rempart de l'arrondissement de Ndom, dans le département de la Sanaga-Maritime, Josué Youmba, ex-Directeur général de l'autorité portuaire nationale (APN), par ailleurs, ancien Maire de la Commune de Ndom. Et ceci, peu après la débâcle savamment orchestrées par certains réseaux mafieux, de quelques hautes personnalités et élites de la communauté Bassa-Bati-Mpô, à l'instar de Louis Yinda et Jean Périal Nyodock, respectivement Directeurs généraux de la Sosucam et de Tradex. A cet égard, même pas la présence du ministre des transports, Jean Ernest Masséna Ngallè Bibéhé, ou encore la nomination de l'honorable Robert Bapooh Lipot, comme Président du conseil d'administration de la société de recouvrement des créances du Cameroun (SRC), ne suffiraient pour calmer la furie et les réclamations de ces dignes héritiers de la lutte pour l'indépendance du Cameroun. Les fils et petits-fils de Ruben Um Nyobé et d’Ernest Ouandjié.

Le partage rationnel di gâteau

Vivement que le pouvoir central, incarné au plus haut niveau, par le Président Paul Biya, puisse en tout temps et en tous lieux, faire respecter les équilibres sociologiques et anthropologiques, dans la redistribution des postes de pouvoir et de souveraineté, afin de préserver durablement la paix sociale et cohésion nationale. En attendant, le peuple Bassa-Bati-Mpô, caresse toujours le rêve de voir un jour la restauration de ses vaillants représentants, au sein du sérail, proportionnellement aux sacrifices suprêmes, consentis par les pères fondateurs de l'Etat du Cameroun.