Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 19Article 581431

General News of Friday, 19 March 2021

Source: www.camerounweb.com

Le maire de Nkol-Afamba présente sa vision au préfet

Devant le préfet qui était en visite dans sa localité, Jean-Francois Ondigui a entre autres présenté la restructuration de la voirie urbaine de Nkolafamba par la création d'un boulevard.

La situation du carrefour Nkoabang, le bradage des terres, la perte des valeurs humaines et familiales du fait de l'envahissement par les allogènes, le conflit des limites entre les communes de Nkolafamba et Yaoundé 4...sont des véritables préoccupations qui paralysent l'évolution normale de la commune de Nkolafamba. Jean-François Ondigui Owona a préféré attraper le taureau par les cornes devant le numéro 1 du département. C'était hier Jeudi 18 Mars à la place des fêtes de Nkolafamba.

Parmi les situations qui mettent mal à l'aise la commune de Nkolafamba, le Maire a courageusement présenté la situation du carrefour Nkoabang. En effet, la Mairie a proposé de démolir tous les marchés illégaux et les constructions anarchiques sur un rayon d'un kilomètre autour du carrefour. L'accord du préfet déclenchera l'action du Maire.

Pour ce qui est du conflit des limites entre les communes de Nkolafamba et Yaoundé 4, c'est un différend qui les oppose depuis quelques années au sujet de leurs limites territoriales respectives. La situation s'est envenimée à tel enseigne qu'il y a quelques mois, des esquads d'hommes armés de machettes et de gourdins sont descendus sur les installations de la commune de Nkolafamba, frappant et massacrant à tour bras, le personnel de la commune, dont certains se sont retrouvés dans les geôles des commissariats de Yaoundé 4.

L'ancien préfet de Mfou Djickdent Emmanuel Mariel actuellement dans le Mfoundi, connaît bien ce problème. Il avait d'ailleurs juré au cours d'une session du conseil municipal, qu' "aucun centimètre de Nkolafamba ne sera perdu".
Il y a également la portion de territoire comprise entre le petit marché de Mimboman et la rivière Adzeme, que tous les textes en vigueur, les relèves géographiques et l'histoire, connaissent comme faisant partie du territoire de Nkolafamba. Il faut dire que les éléments des équipes de reconnaissance de la commune de Yaoundé 4 sont régulièrement mis en orbite pour des recouvrements indus des impôts et autres taxes auprès des populations. Une bataille rangée a plusieurs fois été évitée à cet effet, entre les populations de Nkolafamba et ces équipes de Yaoundé 4.

Parlant de la perte des valeurs humaines et familiales du fait de l'envahissement par les allogènes, il faut dire que l'envahissement de la commune par des allogènes est certes profitable aux populations par la transformation de leur milieu de vie ainsi que l'amélioration de leur vie ordinaire. Toutefois, le prix à payer est fort. La transformation du milieu entraînant, par invasion, la perte des valeurs humaines et familiales, surtout quand s'y mêlent de gros enjeux financiers résultant du bradage des terres. Et là, personne n'est à négliger, de la grand-mère à la tante, au grand-père en passant par les enfants qui tiennent à tout contrôler, en digne héritier du père toujours vivant et qui, vigilant, veille au grain, attentif à tout étranger qui passerait dans les parages.

La vision du Maire Jean François Ondigui Owona est claire: Faire de Nkolafamba une ville attractive, dotée d'infrastructures modernes, où les populations vivent dans la paix et l'harmonie, respectueux des règles d'environnement, pour un développement harmonieux de ses différentes composantes sociologiques.

Plusieurs projets vont soutenir cette vision. Il y a la restructuration de la voirie urbaine de Nkolafamba par la création d'un boulevard de ces voies avec terres plein central, l'étude est terminée pour un coût des travaux de 2. 6000. 000 FCFA à rechercher. La modernisation de la place des fêtes avec parking et aires de jeu multisports, l'étude est également terminée pour un coût des travaux estimé à 200 millions FCFA. L'extension de l'hôtel de ville avec trois composantes entre autres, construction d'un immeuble annexe, aménagement d'une esplanade amphithéâtre et de jardins parking, espaces verts et construction d'une clôture de sécurité. Le coût des travaux est de 960 millions FCFA à rechercher auprès du Feicom. Il y a enfin, la d'un centre de tourisme et de loisirs sur les berges de la rivière Afamba afin d'attirer hors de Yaoundé, les touristes et les voyageurs en mal d'exotisme.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter