Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 15Article 608209

Actualités of Thursday, 15 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Le journaliste Adorlac Lamissia menacé de mort par un gardien de prison

> Un homme en tenue proche du député lui  a promis la mort > Un homme en tenue proche du député lui a promis la mort

Le journaliste a condamné les agissements du député Salmana du Fsnc qui a giflé une femme.

Il s’est offusqué que Jusqu’à présent, Issa Tchiroma le président national de cette formation politique n’a pas encore condamné cet acte.

Un homme en tenue proche du député lui a promis la mort.

Le journaliste Adorlac Lamissia menacé de mort par un gendarme. L’homme en tenue lui reproche d’avoir fait une véhémente critique à l’endroit de du député Salmana du Fsnc qui a giflé une femme dimanche dernier en marge de l’intronisation de Issa Tchiroma Bakary comme le nouveau Tchiroma du lamido de Garoua. « Ce gars se nomme Ousmanou Nassourou. Il répond au numéro de téléphone: ‭6 97 09 04 37‬ il habite la ville de Maroua et a promis de me tuer à Ngaoundéré ce week-end au nom du député Salmana Amadou Ali. Je vais lui rendre la tâche facile », a écrit le journaliste sur sa page Facebook. Même si le député n’a pas dévoilé le contenu des menaces qui ont été faites contre lui, plusieurs personnes averties redoutent que cette menace soit mise en exécution. Car apprend-on, « monsieur Salmana n’accepte pas de critiques et ses fréquentations sont peu recommandables. » Avant donc que cette menace ne soit mise en exécution plusieurs observateurs appelle déjà les autorités compétentes à faire leur travail, ce d’autant plus que l’identité de l’homme est bien connue.

Les critiques.

Le journaliste Adorlac Lamissia n’avait pas caché sa colère suite aux évènements de Garou de dimanche dernier. Il accuse Issa Tchiroma le président national du Fsnc de cautionner la violence contre les femmes. « Monsieur le président national du Fsnc dimanche dernier une jeune dame a été giflé par le député Salmana Amadou Ali cadre de votre parti. Une violence contre une jeune dame. Acte que vous n'avez toujours pas condamné », informe le journaliste originaire de la zone septentrionale. « Devrons-nous considérer que vous approuvez au sein du Fsnc les violences contre la gente féminine et contre les enfants ? Les élus du Fsnc sont-ils des agents de la violence », se demande celui qui ne manque pas de donner son point de vue quand il faut. Selon le journaliste, Salmana est une honte pour l'Assemblée Nationale du Cameroun.

Rejoignez notre newsletter!