Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 05Article 518230

General News of Friday, 5 June 2020

Source: www.camerounweb.com

Le jour où Paul Biya a révélé la grandeur de Maurice Kamto au monde entier


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

La rédaction de camerounweb vous propose de redécouvrir cet article publié le 19 septembre 2008 par le quotidien "MUTATION' consacré aux démarches engagées par le Chef de l'Etat Paul Biya afin de promouvoir la candidature du Professeur Maurice Kamto à la Cour internationale de justice de La Haye.

Depuis que l'affaire Bakassi a connu un terme juridique et après la signature à Genève des accords entre Paul Biya et Olusegun Obasanjo pour une application effective du verdict de La Haye, celui qui était alors l'un des experts les plus qualifiés (et, semble-t-il, les plus précieux) du Cameroun dans la défense de ce dossier s'était quelque peu mis en retrait, se consacrant à ses charges au sein du gouvernement.

Sa présence auprès de Paul Biya ne surprend cependant pas, quand on sait que le chef de l'Etat se rend à New York certes pour prendre part à l'Assemblée générale annuelle ouverte aux chefs d'Etat et de gouvernement, mais davantage pour finaliser les manœuvres devant conduire, en novembre prochain dans ce même cadre, à l'élection du professeur agrégé de droit à la fonction de juge de la Cour internationale de justice. Le Cameroun ayant décidé de promouvoir la candidature de Maurice Kamto, cette mission à New York se présente comme l'avant dernière phase d'une stratégie planifiée depuis plusieurs mois.

Ainsi, lorsque, de bonne foi, le chargé d'affaires de l'ambassade du Cameroun au Pays Bas (pays qui abrite la Cij) attirait l'attention de sa hiérarchie au mois de juin dernier sur le retard que prenait la campagne de promotion du candidat du Cameroun à La Haye, où il voyait pourtant s'activer d'autres candidatures africaines, le ministre des Relations Extérieures, " sur instructions du président de la République ", insiste un cadre du Minrex, signait une correspondance qu'il adressait à ses homologues à travers le monde, les informant de la candidature de notre pays et du sérieux du profil tout en demandant leur soutien. Notre source ajoute : " ce n'est pas à La Haye qu'il fallait absolument s'activer et, de toutes façons, à ce moment nous ne pensions pas qu'il fallait faire du bruit dans les médias pour nous assurer que le dossier avance bien. Mais la stratégie était déjà en marche. "

Personnalités influentes

Les missions dépêchées à travers le continent en début de ce mois de septembre et qui se sont théoriquement achevées lundi dernier ont permis, selon une première évaluation, de sensibiliser les plus gros calibres de la diplomatie africaine. Le vice Premier ministre, ministre de la Justice garde des Sceaux, Amadou Ali, s'est ainsi rendu au Nigeria et au Sénégal, pendant que le ministre des Relations extérieures, allait rencontrer au Gabon " le doyen " Omar Bongo avant de poursuivre sa mission en Egypte et au Maroc. Cette activité était complétée par les missions des ministres délégués auprès du ministre des Relations extérieures, Joseph Dion Ngute et Adoum Gargoum, qui se sont rendus respectivement en Afrique du Sud et en Tanzanie d'une part, et en Angola d'autre part.

Les cibles, toutes basées en Afrique, permettent de mieux comprendre une situation : un seul poste de juge est en jeu pour l'Afrique et il y a déjà quatre candidats déclarés. En plus du Pr. Maurice Kamto du Cameroun, la Rdc, la Somalie et le Kenya ont également décidé de présenter des candidats. La campagne risque donc d'être rude et l'actuelle assemblée générale des Nations unies offrira donc de rencontrer les personnalités les plus influentes.

Mais qu'est ce qui peut donc expliquer que, pour l'une des rares fois où le Cameroun mène sur un dossier une diplomatie " tambours battants ", Paul Biya décide de se déplacer avec son " champion " pour cette avant-dernière bataille ? Selon ce politologue qui a requis l'anonymat, " Paul Biya tient personnellement, cela n'a pas toujours été le cas pour tous les autres, à la victoire finale de Maurice Kamto pour ressortir une double symbolique : celle de la qualité de l'expertise, qui a permis de dénouer avec habileté un dossier à la Cij qui semblait mal parti, et celle de profession de loyalisme de la part de quelqu'un qui, au départ, n'était pas forcément de son bord politique et l'a même combattu à un moment donné. "

Et d'ajouter que, " pendant que certains se plaignaient de ce que, lors de son message à la nation du 21 août dernier, le président Biya n'a pas remercié l'expertise nationale, il a choisi de gratifier à travers des dividendes concrets, comme pour lancer un message fort à la classe politique ".

La fonction de juge à la Cour internationale de justice est présentée comme particulièrement prestigieuse et marque comme un couronnement, une consécration, un point terminal pour tous les spécialistes de droit qui ont l'opportunité d'y être élu.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter