Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 07Article 539944

General News of Monday, 7 September 2020

Source: koaci.com

Le général amazonien abattu est un violeur et un assassin selon l’armée

Au Cameroun, les Forces de défenses et de sécurité (FDS) ont annoncé ce dimanche avoir procédé à la « neutralisation » de Fonteh alias MAD DOG, redoutable chef de gang séparatiste, qui se faisait appeler « général ambazonien»


Dans leur publication, les FDS présentent ce redoutable combattant séparatiste comme un « violeur » et « assassin » assumé.

L’opération, apprend-on a été « savamment planifiée » par l'Etat-Major Interarmées de Région 5 (RMIA5) et conduite par le 3ème BIR.


Les forces spéciales camerounaises ont également récupéré un important matériel dont des armes et munitions de guerre.

Il s’agit notamment, d’un fusil 01 AK 47 n•1983NI5056, 02 boîtes chargeurs garnies à ras bord, 124 munitions de 7.62 x39, 01 pistolet automatique chargé, 06 grenades offensives.


Des téléphones satellitaire et cellulaire, 1 paire de jumelles de vision nocturne ont également été récupérés tout comme un stock important de chanvre indien. Et, divers d’autres objets.

« MAD DOG comme ses nombreux camarades savent se fondre au sein de la population civile, parfois, lorsque l’un de ces gars est neutralisé l’on accuse l’armée de tuer des civils », déclare sous anonymat un policier camerounais.


« Il terrorisait les populations et extorquait de l’argent à des familles », poursuit notre source au téléphone. Selon cette source, le combattant séparatiste a ouvert le feu en premier au moment de son interpellation.


Selon des sources sécuritaires et communautaires concordantes, le « général ambazonien » était à l’origine de plusieurs viols de jeunes filles et de la décapitation filmée et diffusée sur les réseaux sociaux de Treasure, une jeune femme dont le corps a été retrouvé dans une rivière.


Les forces de sécurité attribuent également à ce malfrat, le braquage spectaculaire en plein jour, d’une banque à Bamenda, diffusé sur les réseaux sociaux.



Il s’agit d’un nouveau coup dur pour les séparatistes armés, qui sévissent dans les deux régions du Nord-ouest et Sud-ouest, depuis fin octobre 2016.


Ces derniers jours, les séparatistes armés ont multiplié, les embuscades contre les forces de de sécurité camerounaises.

Mardi 1er septembre 2020, un inspecteur de police a été tué dans une embuscade à Bamenda (nord-ouest), par des combattants séparatistes.

La police s’était lancée aux trousses des bourreaux qui ont pris la fuite, après un échange de tirs avec les forces de sécurité.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter