Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 27Article 593584

General News of Tuesday, 27 April 2021

Source: Investir au Cameroun

Le décès du liquidateur du COMECI provoque la suspension de la création des créances des épargnants

La disparition du liquidateur Towoua survient quelques semaines après qu’il a donné un délai de 60 j La disparition du liquidateur Towoua survient quelques semaines après qu’il a donné un délai de 60 j

La production des créances de la Compagnie équatoriale pour l’épargne et l’investissement (Comeci), microfinance camerounaise tombée en faillite depuis 2016, va connaître un retard.

En effet, dans un communiqué diffusé le 19 avril, la liquidation déclare : « Suite au décès du liquidateur de Comeci des suites de Covid-19, il est porté à la connaissance des créanciers de Comeci SA que les activités de production des créances sont momentanément suspendues jusqu’à nouvel ordre. Nous vous prions de bien vouloir prendre votre mal en patience ».


La disparition du liquidateur Towoua survient quelques semaines après qu’il a donné un délai de 60 jours, depuis le 24 mars dernier, aux épargnants de la Comeci pour produire les justificatifs de leurs dépôts. Ce délai de production des créances était de 90 jours pour les créanciers domiciliés hors du territoire national.



La Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac) a décidé, le 16 janvier 2018, de mettre cette microfinance camerounaise sous administration provisoire « au regard de la situation financière et prudentielle critique de la Comeci et compte tenu de l’incapacité de ses dirigeants sociaux à restaurer la solvabilité de cet établissement ». La Cobac a alors désigné un administrateur provisoire en la personne de Bernard Mvogo, pour un mandat de six mois.


Selon l’administrateur provisoire, Comeci a perdu 8,281 milliards de FCFA au cours de l’exercice 2017, soit près de huit fois son capital social. Cette perte sèche est le fait de l’échec du recouvrement forcé des créances. Pour tenter un sauvetage, quitus a été donné à l’administrateur provisoire de procéder à l’augmentation de capital de l’établissement de microfinance à hauteur de 3 milliards de FCFA par phases, « en fonction de la situation et des besoins de la société ». Mais en vain.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter