Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 08Article 571984

General News of Monday, 8 February 2021

Source: La Voix du Centre N°187

Le cancer, l’autre mal qui ravage les populations du Cameroun en silence

Le nombre de personnes atteintes de cancer s’est multiplié au cours des dix dernières années à travers le pays selon une étude menée par l’Organisation Mondiale de la Santé (Oms).

En l’espace de l’année 2002 à 2021, le nombre de personnes infectées par le papillomavirus est passé de 338 000 cas à presque 850 000 cas sur le continent africain. Des chiffres qui n’ont pas manqué d’inquiéter L’OMS, qui a tiré la sonnette d’alarme en invitant les dirigeants africains à introduire le vaccin dans le continent pour mieux éradiquer la maladie. Selon elle, le continent africain serait particulièrement touché par cette affection qui tue de manière silencieuse. D’ailleurs, le cancer est considéré comme l’un des maux ayant le plus de victimes à travers le monde entier.

Dans la plupart des pays que compte l’Afrique, il est difficile d’accéder aux services de dépistage, de diagnostic, de détection précoce et du traitement du cancer. « Seulement 30% des enfants atteints de cancer survivent de cette maladie contre 80% dans les pays développés. Par ailleurs, les difficultés d’accès aux soins se sont exacerbées durant les périodes de crises, notamment celle de la pandémie de la covid-19». A affirmé le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’Oms. Ces vingt dernières années, le nombre de nouveaux cas de cancer, a presque triplé en Afrique. Ainsi le continent est passé de 338 000 cas en 2002 à 846 000 cas identifiés en 2021.

«Les cancers les plus récurrents sont celui du sein, le cancer du col de l’utérus, le cancer de la prostate, le cancer du côlon, de l’intestin, le cancer du rectum et le cancer du foie. Les facteurs de risques associés au cancer sont : le vieillissement et les antécédents familiaux, la consommation du tabac et de l’alcool, une alimentation riche en sucre, en sel et en matières grasses, le manque d’activité physique, le surpoids et l’exposition à certains produits chimiques».

Explique-t-elle dans son message. Le continent africain est celui qui enregistre la charge la plus lourde du cancer de l’utérus. Selon le docteur Moeti, pour éradiquer cette maladie, il faudrait que «l’introduction du papillomavirus soit intensifiée afin de prévenir le cancer du col de l’utérus». Le vaccin a été introduit dans le programme élargi de vaccination (Pev) au Cameroun mais, la campagne de vaccination gratuite contre le cancer du col de l’utérus des jeunes filles âgées de 9 ans dans les établissements scolaires n’a pas connu de succès. Une partie de la population s’est opposée de manière sévère à cette opération, poussant ainsi les autorités à suspendre cette campagne. Néanmoins, 10 000 jeunes filles ont pu être vaccinées selon les chiffres du Pev.

Cette année, la journée mondiale du cancer s’est célébrée le 4 février 2021 sous le thème « Je suis et je vais ». Un thème qui vise à faire disparaitre la peur du cancer ou la stigmatisation, à voir cette maladie sous un autre angle et à modifier les comportements et les attitudes. L’accent est donc mis sur le dépistage et la prise en charge précoce. A travers le programme d’accès aux soins du cancer, les dirigeants africains devront renforcer les capacités de soins et de prise en charge du cancer dans le but d’augmenter le nombre limité d’oncologues à travers le continent.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter