Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 30Article 531310

General News of Thursday, 30 July 2020

Source: Actu Cameroun

Le aveux de Hervé Nkom sur les détournements au sommet de l'Etat


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

L’homme politique regrette les entourloupes qui se multiplient pour détourner l’argent du contribuable des caisses de l’Etat.

Jeudi 30 juillet 2020, Hervé Emmanuel Nkom était l’invité de la matinale d’ABK radio. Il évoque les conséquences de la crise sanitaire actuelle sur l’économie camerounaise. « Aujourd’hui, nous avons un gros problème et nous sommes en début de récession. Il faut mettre en place un plan global de reconstruction de notre économie et donner aux chefs d’entreprise, un cahier de charge ». A proposé le membre du comité central du Rassemblement démocratique du peuple Camerounais (Rdpc). C’est le parti au pouvoir.

Plan de relance de l’économie

Pour éviter la récession annoncée, l’homme politique a sa petite idée. Il pense qu’il faut que l’Etat incite les banques à soutenir la trésorerie des entreprises. En leur accordant certains prêts.

D’après l’ancien banquier, le gouvernement doit apprendre à faire bon usage de l’argent des impôts. Les entourloupes sont multiples pour détourner l’argent du contribuable des caisses de l’Etat. En outre, constate-t-il, le conseil Constitutionnel et Social ne joue pas le rôle qu’il devrait jouer. C’est à dire, « être le lieu de rencontre de tous les producteurs de richesses. »

Détournement de l’argent des impôts

« Le meilleur impôt est celui qui change la vie des populations. Les gens ne peuvent pas payer l’impôt pour que certains utilisent cet argent pour acheter des RAV4. L’Etat doit changer son train de vie. Il y a des comportements inacceptables dans nos administrations », a asséné Hervé Emmanuel Nkom.

Le Conseil constitutionnel avait déclaré Hervé Emmanuel Nkom inéligible aux élections du 9 février 2020. Une éviction que le membre du comité central du RDPC a déjà digérée. Il dit avoir tourné la page il y a bien longtemps. « Il ne faut pas faire dans le catastrophisme. Les élections sont passées. Aujourd’hui, travaillons (les députés, NDLR) ensemble pour que notre économie tienne », a-t-il confié.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter