Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 01 29Article 487948

General News of Wednesday, 29 January 2020

Source: Mutations N°5025

Le RDPC se déchire

On a frôlé une rixe, le 25 janvier dernier à Kribi lors du meeting de lancement de la campagne électorale du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), présidé par le président de la commission départementale de campagne, Jules Doret Ndongo. Le président de la commission communale de ladite campagne dans l’arrondissement de Kribi II, le sénateur Grégoire Mba Mba, a failli en arriver aux mains avec certains militants qui l’ont hué et l’ont qualifié de « tribaliste et dictateur » pendant son allocution. Irrité et, de manière impulsive, il a interrompu son discours, invitant ses vis-à-vis à l’extérieur de la salle à un affront physique. C’est que, l’homme politique, connu pour son ton parfois violent et virulent ainsi que ses discours émaillés d’expressions souvent choquantes, a prononcé des propos incitant clairement au tribalisme et à la division. Comme une bataille menée contre son propre camp, son adresse a été déplaisante.


D’abord, il s’est attaqué au candidat tête de liste Rdpc à la commune de Kribi 1er, Jean Pierre Salla. « Ce petit frère est responsable de ses engagements. Le Rdpc ne l’a pas adulé. Il est Mabi et il ne sera jamais maire à Kribi 1er. Il n’y aura pas de maire Mabi à Kribi 1er. C’est la mairie des Batanga donc, il y aura un maire Batanga », martèle-t-il. Dans la même lancée, il prendra à partie Lucien Piado, conseiller municipal dans la commune de Kribi II et favori pressenti à la tête de l’exécutif municipal prochain. « Lucien Piado est un enfant. Il a ses ambitions, qu’il s’en serve comme il veut. Mais qu’il sache que c’est moi qui décide à Kribi II. Lui, sa place n’est pas à l’exécutif communal ; il est Batanga et Kribi II c’est pour les Mabi », poursuit le sénateur. Des déclarations qui ont créé un tollé dans la foule. Des militants révoltés ont commencé à vider la salle. « Non ! C’est de l’incitation à la haine ! C’est de la dictature. En quelle qualité tient-il ces propos ? », s’est emportée une présidente de sous-section.

Il a fallu l’intervention du ministre Jules Doret Ndongo pour calmer les ardeurs et ramener tout le monde à de meilleurs sentiments. Dans son discours, le patron politique de l’Océan s’est montré fédérateur. Il a subtilement recadré le sénateur sans toutefois lui jeter l’opprobre. « Je voudrais vous demander de battre campagne dans un esprit d’équipe. Il prescrira aux siens de travailler en rangs serrés, la main dans la main. Avec des attitudes et des comportements débarrassés de toute haine, de rancune, de tribalisme et de repli identitaire. Évitez toutes formes d’exclusions et de paroles blessantes», a prescrit Jules Doret Ndongo. Avant de conclure : « Ne nous trompons pas d’adversaire, ne nous trompons pas de combat. La victoire doit être celle du parti. C’est ce qui compte ».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter