Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 17Article 528226

Politique of Friday, 17 July 2020

Source: 237online.com

Le Mrc de Maurice KAMTO se déchire à l’Ouest


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Accusé par certains militants, le directoire du Mouvement pour la renaissance du Cameroun est divisé sur la posture à adopter face à la grogne montante au sein du parti de Maurice Kamto.

La tension est remontée d’un cran le 11 juillet 2020. Ce jour-là, le secrétaire général du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), Christopher Ndong, le coordonateur national, Pascal Zamboue et le président de la fédération de l’Ouest du Mrc, André Marie Tassa installent une nouvelle coordination départementale du parti dans le Koung-Khi. Une installation qui fait suite à la décision du comité de médiation et d’arbitrage régional de cette formation politique de suspendre le secrétaire de la fédération départementale du Koung-Khi, Samuel Fokam et le trésorier du même démembrement Isaïe Kamsu. Des cadres accusés de distraction de fonds destinés aux activités du parti. C’est que, mis au parfum de la manifestation qui doit se tenir dans la ville de Bandjoun, l’ex-secrétaire départemental du Mrc pour le Koung-Khi saisit les autorités administratives et sécuritaires en vue de l’interdiction de l’installation prévue le 12 juillet 2020. Une prohibition qui n’empêche pas à l’équipe venue du directoire du Mrc d’installer le nouveau bureau, conduit par Christophe Fotso, dans la ville de Baham.

Il n’en faut pas plus pour la faction proche du secrétaire déchu pour brandir la hache de guerre. Le camp opposé aux décisions du directoire et au président régional du Mrc de l’Ouest exhibe les sanctions prononcées quelques temps avant par le président régional du Mrc de l’Ouest à l’encontre du président de la fédération du Noun Me Mamoudou et celle du secrétaire de la fédération régionale délégué en charge de la prospective et du développement, Emmanuel Kueka. Des sanctions liées à «l’absence de fonctionnement de la fédération communal du Noun» pour le premier. Dans le même temps, le second est accusé de s’inscrire en marge de la discipline, la convocation des réunions sans en avoir la compétence et d’usurper des titres et des fonctions au sein de la fédération régionale du Mrc-Ouest.

Des condamnations récusées par les sanctionnés qui invoquent le principe du débat contradictoire en invoquant l’article 27 alinéa 3 du règlement intérieur du Mrc qui stipule que «le membre contre qui est déposé une plainte reçoit une convocation du comité de médiation et d’arbitrage.» Une procédure qui, à en croire les militants sanctionnés, à «date n’a pas été respectée». Des allégations relativisées par le comité de médiation et d’arbitrage dirigé par André Tene qui soutient que la procédure a été suivie dans les différents cas. Autant que le président de la fédération régionale du Mrc-Ouest André Marie Tassa soutient agir dans le cadre du dispositif régissant le fonctionnement du Mrc.

Retrait des candidatures

En écoutant les différents acteurs de la crise qui secoue le Mouvement pour la renaissance du Cameroun dans la région de l’Ouest, il apparaît que le problème est bien plus profond. En effet, les divisions nées dans le parti de Maurice Kamto datent du lendemain du retrait des candidatures pour les élections municipales et législatives initiées par le président national du Mrc. Depuis lors, des accusations contre le directoire du parti et la coordination régionale fusent de la base. A la direction du parti, des cadres reconnaissent à demi-mots l’existence des plaintes pour des cas de rétentions des fonds versés par des candidats à l’investiture auprès de certains responsables locaux, régionaux et chez certains membres siégeant dans le directoire du parti.

Du coup, le vent de contestation né de la période pré-électorale s’est intensifié et, les soupçons de collusion s’étendent désormais à des responsables proches du président national du Mrc. Un climat exacerbé dans les rangs du Mrc avec le report des sessions de renouvellement des instances de base. Moment au cours duquel de nombreux militants entendaient «expurger» les présumées meneurs des cas d’arnaques, escroqueries et autres trafics d’influence qui divisent ouvertement les militants et sympathisants du fief électoral du parti de Maurice Kamto, dans la région
de l’Ouest.

Réunions parallèles

La querelle que l’on croyait interne et passagère dans le Mouvement pour la renaissance du Cameroun s’expose désormais au grand jour. Dans certaines fédérations, il est désormais loisible de voir les militants et sympathisants tenir simultanément des réunions parallèles. Dans le même temps, des témoignages recueillis chez certains cadres et militants, au cours de nos investigations laissent transparaître l’idée de la création d’un «nouveau parti». Une idée soutenue par une frange des contestataires qui entendent observer la réaction de la «haute hiérarchie» du Mrc. Dans le même temps, de nombreux militants et sympathisants d’hier affirment avoir tourné la page de leur militantisme au sein de la formation politique.

Des postures relativisées par les différents responsables que nous avons contacté. Des cadres locaux et du directoire qui indiquent à l’unisson que «le Mrc traverse une crise normale à toutes formations politiques ou organisation humaine.» Pour illustration, nos sources invoquent les nombreux départs que le parti connait depuis le lendemain de l’élection présidentielle. Des départs accentués au lendemain des élections municipales et législatives de février 2020. A la réalité, le directoire du parti dirigé par Maurice Kamto apparaît divisé sur la posture à adopter vis-à-vis des militants et sympathisants en désaccords avec certaines décisions et prises de positions du parti. Une situation corsée par les accusations formulées à l’endroit de certains cadres du Mrc, souvent nommément cités par les accusateurs.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter