Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 22Article 568567

xxxxxxxxxxx of Friday, 22 January 2021

Source: actucameroun.com

Le DG de l’Irad victime 'd’une dénonciation calomnieuse'

Un homme se faisant passer pour le directeur des ressources humaines de l’institut de Recherche Agricole pour le Développement (Irad) est poursuivi pour avoir adressé aux autorités en charge du contrôle de la structure une correspondance présentant un rapport de mauvaises pratiques managériales supposées du directeur général envers le personnel.

Les missions de contrôle dans une entreprise font parfois grincer les’dents de quelques personnels entrés par de manière discutable, mais il est r c de voir le responsable même de l’initiative éclaboussé. C’est pourtant la mésaventure vécue par M. Bikobo Bjkobo Séverin, le directeur (tes ressources humaines de l’Irad. Le 21 décembre 2020, il a raconté au Tribunal de première instance (TPI) de Yaoundé-centre administratif comment il a été appelé à confirmer une dénonciation faite contre ..son directeur général (DG) et dont il serait l’instigateur.

Pour la victime, tout commence en janvier 2018, lorsqu’il instruit une campagne de vérification de diplômes du personnel Selon lui, les premiers résultats, qui ont épinglé plusieurs employés, n’ont pas contenté tous ses collaborateurs. Bernard Nwatchock, délégué du personnel serait l’un de ses détracteurs tapis dans l’ombre. C’est ainsi qu’il aurait usurpé son identité afin de le discréditer auprès de sa hiérarchie.

Séverin Bikobo précise que la lettre de dénonciation, qui portait son nom, son matricule et sa qualité dans l’entreprise étatique, faisait état de ce que Je DG de l’Irad infligeait des conditions de travail dégradantes aux personnels identifiés comme ayant de faux diplômes. 11 s’est d’ailleurs chargé de faire verser le document comme pièce à conviction dans le dossier du tribunal pour faire constater l’imposture.

Plainte contre inconnu

Le directeur des ressources humaines dit avoir pris connaissance de cette plainte, dont une copie a été envoyée à plu sieurs administrations parmi lesquelles les services du Premier ministre, la Commission nationale anti-corruption (Conac), et la Délégation générale à la Sûreté nationale (Dgsn). Il a été mis au courant de la supercherie quand ii est joint au téléphone par un élément du Commissariat central de Yaoundé qui lui demande de passer à la police confirmer ses propos. C’est également le même scénario au ministère de la Recherche scientifique et de l’innovation, son ministère de tutelle. Dans le but de clamer son innocence dans l’affaire, le responsable des Ressources humaines va aussitôt porter plainte contre inconnu.

Répondant aux questions du représentant du ministère public Séverin Bikobo va expliquer que c’est grâce aux investigations cfe l’enquête préliminaire que les soupçons vont se porter sur Bernard Nwatchock. Les enquêteurs vont établir une relation entre les enregistrements au service courrier des administrations où la correspondance a été acheminée et la liste du personnel de la direction centrale. Bernard Nwatchock va passer aux aveux et expliquer que son action visait à mettre fin à la mission de’ contrôle.

Pour le ministère public les faits reprochés à M. Nwatchock Bernard s’apparentent à un faux en écriture privé au lieu d’une dénonciation calomnieuse telle que libellé dans l’acte d’accusation. Selon lui, ce n’est pas le directeur des ressources humaines qui est visé par la dénonciation mais le DG de l’Irad.

D’après l’avocat de Séverin Bikobo, l’article 314 du Code pénal réprime ce délit, et prévoit une peine conséquente allant de 5 à 10 ans d’emprisonnement ferme. L’avocat de l’accusation soutient que l’absence du mis en cause à l’audience est une confirmation de sa culpabilité. De plus, le choix de porter le nom de Séverin Bikobo sur la dénonciation n’avait pour but que de mettre ce responsable en difficulté avec sa hiérarchie étant donné que le prévenu convoiterait le poste du plaignant. L’homme en robe noire va conclure son propos en réclamant un franc symbolique pour laver l’honneur de son client dans cette ténébreuse affaire. M Nwatchock Bernard sera fixé sur son sort le 18 janvier 2021.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter