Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 30Article 594616

General News of Friday, 30 April 2021

Source: www.camerounweb.com

Le Cameroun veut vacciner 60% du personnel medical d’ici la fin du mois de mai

Le rythme de vaccination chez le personnel médical est encore timide. Mais les autorités sanitaires sont optimistes. « Nous allons atteindre une vitesse de croisière bientôt parce que tous les Districts vont vacciner », a indiqué Manaouda Malachie, ministre de la Santé publique. Surtout que l’objectif du gouvernement est d’atteindre 5 millions de vaccinés d’ici la fin de l’année 2021. En attendant, pour une frange de la classe médicale, « La vaccination est timide sinon c’est même un échec », avance d’ores et déjà un médecin de santé publique en service au ministère de la Santé publique (Minsanté).

Ce que relativise le Dr Tchokfe Shalom Ndoula, secrétaire permanent du PEV. « Le début est toujours timide », réplique ce dernier. Un avis que ne partage pas un autre haut responsable du Minsanté. En réalité, « Notre objectif est d’atteindre 60% de notre cible avant la fin du mois de juin pour avoir une incidence sur les admissions à l’hôpital », indique le SP du PEV. Aussi, « Tout va dépendre de la perception du risque sur la vaccination des populations et du nombre de personnes vaccinées. Nous allons aussi évaluer le temps d’observation de ceux qui ont pris le vaccin; voir comment ils se comportent », poursuit ce dernier.

En rappel les derniers chiffres officiels font état de 72 200 cas positifs notifiés, 1107 décès et un taux de létalité de 1,5%. « Nous allons élargir non seulement aux personnels de santé mais aux personnes de plus de 50 ans avec les comorbidités et aux personnes vulnérables », précise le Minsanté. Cependant, « La priorité vaccinale doit être martelée au profit des personnels de santé et des personnes de plus de 50 ans vivant avec les comorbidités », martèle notre source du ministère. Par ailleurs, « Il faut qu’ils soient inventifs pour inciter les populations à se faire vacciner. Et c’est à niveau que le district de santé doit jouer son rôle. Par exemple si quelqu’un vient passer son test de dépistage, on peut lui proposer le vaccin », préconise notre médecin de santé publique.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter