Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 06 25Article 465603

Crime & Punishment of Tuesday, 25 June 2019

Source: lewouri.info

'Le Cameroun est à l’image d’un bateau qui s’étend sur la mer au gré du vent'

Au regard du contexte actuel au Cameroun, Julins sepo Tingueu pense que le Cameroun est loin d’être géré comme il se doit. Dans un entretien à bâton rompu, l’homme politique s’est exprimé sur l’éventuelle prorogation du mandat des conseillers municipaux et députés. Il parle aussi de l’enlisement de la crise anglophone, tout comme l’arrestation des militants du Mrc.

Julins Sepo Tingueu vous êtes un élu local, précisément conseiller municipal Mrc à la Mairie de Douala 3e. Comment avez- vous accueilli cette rallonge du mandat des conseillers municipaux et députés de la nation ?

Nous sommes dans un pays formidable. Quand dans un pays les gens se lèvent un matin et donnent l’impression d’être surpris, c’est inquiétant. Lorsque vous regardez l’exposé du motif de cette prorogation, il n”est dit nulle part que c’est parce-que le Cameroun est en crise. Pourtant tout le monde sait que c’est de ça qu’il s’agit. Je vous rappelle que c’est le même président qui avait déjà annoncé en décembre 2018 que toutes les élections se tiendront à date. Il a fallu 06 mois pour constater qu’il s’était trompé.

Le président ne peut pas se réveiller un matin et constater qu’il y’a chevauchement entre les différentes consultations électorales. Le Cameroun est à l’image d’un bateau qui s’étend sur la mer au gré du vent. Je pense que ce pays n’est pas gouverné. La preuve, lorsqu’on a renvoyé les élections en 2018, la raison évoquée était le chevauchement.

La crise anglophone s’enlise et on attend toujours ce fameux discours prôné par le premier ministre chief Dr. Joseph Dion Ngute lors de sa mission de paix à Bamenda puis à Buea.

Oui comme nous l’avons toujours dit, il faut reconnaître qu’il n’ya pas de volonté politique pour résoudre la crise anglophone. Parce-que personne mieux que le président Biya maîtrise la situation anglophone. Il est aux affaires dans ce pays bientôt 60 ans. Il sait parfaitement de quoi il s’agit. Je rappelle qu’en 1979 en tant que premier ministre, c’est lui qui avait conduit la délégation envoyée par Ahmadou Ahidjo pour désamorcer les velléités sécessionniste qui germaient déjà. Pour ceux qui connaissent ce qui s’est passé le 11 février 1961 en ce qui concernait le référendum de l’autodétermination, ils savent que dans la partie anglophone du pays, il y’avait 03 tendances : ceux qui voulaient se rattacher au Cameroun, ceux qui voulaient se rattacher au Nigeria et ceux qui voulaient l’indépendance.

D’aucuns pensent que la résolution pacifique de cette crise passe nécessairement par la libération des prisonniers politiques y compris certains de vos amis politique du Mrc.

Je pense que nos camarades qui sont actuellement embastillés, méritent d’être libérés. Par ce qu’ils posaient des problèmes fondamentaux qui minent notre pays tels le scandale lié au retrait de Can 2019 au Cameroun, non à la guerre dans le nord-ouest et le sud -ouest…lorsque dans un pays ça ne marche pas, et en tant que parti politique, nous avons le droit de tirer la sonnette d’alarme. Il faut libérer nos camarades pour qu’ensemble on œuvre pour la paix.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter