Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 21Article 543058

General News of Monday, 21 September 2020

Source: Actu Cameroun

'Le 22 septembre 2020, on veut ambazoniser tout le Cameroun' - Owona Nguini

Pour cet universitaire pro-Biya, il estime que la date choisie par Maurice Kamto, le président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) pour lancer les manifestations anti-Biya correspond à la date du début de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

De l’avis de Mathias Eric Owona Nguini, vice-recteur en charge de la recherche de la coopération et des relations avec le monde des entreprises à l’Université de Yaoundé II, la marche que projette le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) ce mardi 22 septembre 2020, peut conduire à une guerre généralisée au 237 (Cameroun). Pour lui, la date choisie par Maurice Kamto, pour « ces manifestations dites pacifiques », n’est pas fortuite.


La date en question renvoie tout simplement au début de la guerre dans les régions anglophones. « La date n’a pas été choisie au hasard. Le 22 septembre 2016, c’est là où ça commencé. Nous sommes le 22 septembre 2020, on veut ambazoniser tout le Cameroun. C’est de ça qu’il s’agit. C’est une démarche de guerre », a soutenu ce dernier au cours de l’émission « Verbatim », diffusée ce samedi 19 septembre 2020, sur les antennes de la radio Royal Fm. C’est une station privée qui émet depuis Yaoundé au Cameroun.


Conseil Constitutionnel
En effet, le 22 septembre 2016 marque le début des manifestations, notamment avec les revendications corporatistes des avocats et des enseignants dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Pour lui, une manifestation pacifique, ne doit pas appeler au départ d’un président qui incarne les institutions de la République.

« Vous ne pouvez pas parler de marches pacifiques en disant que le but de la marche est de faire partir un pouvoir constitué, une autorité constituée, un personnage institutionnel, qui a acquis un mandat constitutionnel, un mandat électif, qui est l’expression souveraine du peuple camerounais. Laquelle élection a été sanctionnée par l’instance compétente en la matière, le Conseil Constitutionnel », conclut-il.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter