Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 09 06Article 617311

Actualités of Monday, 6 September 2021

Source: www.camerounweb.com

La voleuse de l’ambassadeur du Cameroun au Gabon retrouvée dans son village

La voleuse de l’ambassadeur du Cameroun au Gabon retrouvée dans son village La voleuse de l’ambassadeur du Cameroun au Gabon retrouvée dans son village

• Colette Eyenga Mvogo est arrêtée

• Elle a reconnu avoir volé l’ambassadeur

• Il y a un débat autour du montant réel volé


La cavale de Colette Eyenga Mvogo a été de courte durée. La dame de ménage de l’ambassadeur du Cameroun au Gabon suspectér d’avoir volé une importante somme de sa patronne est retrouvée au Cameroun. Selon plusieurs sources, cette dernière a réussi à franchir la frontière pour rentrer chez elle. C’est dans son village à l’Est du Cameroun qu’elle a été interpellée par les forces de l’ordre. Elle avait sur elle au moment de son arrestation, 2 millions de francs CFA et reconnait avoir pris au total 6 millions.

De son côté l’ambassadeur du Cameroun au Gabon, Ngaeto Zam Edith Félicie Noëlle épouse Ondoua, déclare n’avoir perdu que 40 millions contrairement aux 600 millions annoncés par la presse.

Selon les sources, l’ambassadeur a déclaré aux enquêteurs avoir retiré cette somme des caisses de l’ambassade pour effectuer des achats de mobiliers pour la représentation diplomatique ainsi que sa résidence.


Cette version peine à convaincre les internautes. « Une version biaisée et contestable, selon les internautes qui se demandent pourquoi avoir sorti du compte une telle somme alors que le budget annuel de l’ambassade ne dépasse pas 100 millions de FCFA ? Pourquoi ne pas payer par chèque afin d’avoir une traçabilité des dépenses ? », lit-on sur le média gabonais Gabonactu.com
Ngaeto Zam Edith est nommée ambassadeur du Cameroun au Gabon en 2018. Avant cette nomination, elle était inspectrice en charge du patrimoine au Minrex. « J’étais dans ma cuisine quand on annonce le mouvement des ambassadeurs. Je tends l’oreille évidemment. C’est comme ça que j’apprends que je suis nommée à travers le décret lu à la radio. C’était une explosion de joie », se rappelle-t-elle.


Quelques heures après le vol, elle avait envoyé une note confidentielle au ministre des relations extérieures pour lui faire le point. « Ce forfait a été vraisemblablement perpétré par l'une des femmes de menage, la nommée Eyenga Mvogo Colette, une compatriote qui a réussi à s'échapper en trompant la vigilence des gardiens et des policiers en faction », explique l’ambassadeur dans la lettre.

Rejoignez notre newsletter!