Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 10Article 612841

Opinions of Tuesday, 10 August 2021

Auteur: English Cameroon for a United Cameroon?

'La mort arrache une voix forte aux réformes institutionnelles au Cameroun'

Christian Penda Ekoka Christian Penda Ekoka

A la suite de plusieurs acteurs politiques et leaders d'opinion, les responsables de la plateforme English Cameroun for United Cameroon ont rendu un hommage à titre posthume à l'économiste Christian Penda Ekoka, décédé le 8 août dernier à Toronto. La rédaction de CamerounWeb diffuse pour vous, la tribune du English Cameroon for United Cameroon.

---


C'est avec une profonde tristesse que nous nous joignons à tous ceux qui pleurent le décès de M. Penda Ekoka. Les mains cruelles et froides de la main ont arraché de notre milieu un homme qui se souciait profondément de l'avenir du Cameroun. Comme il le disait souvent, la douleur que nous cause sa mort nous rappelle qu'aucun homme n'est une île. Après une vie professionnelle réussie, il s'est concentré sur l'autonomisation des Camerounais afin qu'ils puissent faire de leur pays un endroit vraiment fier et magnifique où se sentir chez soi. Il va beaucoup nous manquer. Mais les morts vivent dans la leçon unique qu'ils laissent à l'humanité. Il nous a appris à prendre notre destin en main et son sourire était un conseil pratique pour profiter des choses simples de la vie - les amis et la famille que nous avons, l'air que nous respirons, la musique qui nous stimule et tout simplement l'art de se réveiller chaque jour.

1. Le garçon de Douala est né le 21 mars 1952.

Ses études l'ont conduit dans la belle ville de Montréal au Canada, où il a suivi une formation d'ingénieur et a concrétisé cette formation par une maîtrise en administration des affaires. Il a fait ses études dans les trois éminentes écoles montréalaises - l'École Polytechnique de Montréal, la renommée Université McGill et l'Université de Concordia. A 26 ans, il rentre au Cameroun en 1978, prêt à contribuer au développement de son pays bien-aimé. Il a d'abord travaillé à la compagnie des chemins de fer avant de rejoindre la Société nationale d'investissement où une synthèse de sa formation technique, managériale et financière a été mise à profit. En 1991, il devient plus indépendant en créant sa société de conseil, l'International Business Development Service. À ce titre, il a travaillé avec de nombreux pays africains, des organisations internationales et des pays hors d'Afrique.

Son expertise et son profil international ont attiré l'attention de la présidence camerounaise. De 2010 à 2018, M. Penda Ekoka a été conseiller du président camerounais. De plus en plus déçu par l'incapacité du régime de Biya à mettre en œuvre des investissements stratégiques et de développement, et également déçu par la candidature de M. Biya à un 7e mandat présidentiel, il a conclu qu'il était temps de défendre ce qui est juste.

En 2018, il crée son organisation de la société civile AGIR-ACT et s'allie à M. Kamto lors de l'élection présidentielle de 2018. Réagissant contre la fraude électorale massive qui a marqué cette élection, il a été arrêté et jeté en prison pendant 9 mois en 2019. Son dévouement pour un changement significatif au Cameroun a été démontré à plusieurs reprises, y compris ses séminaires sur l'engagement politique des jeunes.

Un service distinctif a été sa coordination de l'initiative citoyenne Survival Cameroun, lancée pour lutter contre la pandémie de COVID. Ses compétences managériales ont été déployées dans cet effort à la grande satisfaction des badauds.

2. Réfléchissant à la question de savoir pourquoi certains pays se développent et d'autres pas, M. Penda Ekoka est arrivé à la conclusion que les pays qui se développent sont construits autour d'institutions fortes et non de personnalités fortes.

Dans une conversation avec l'auteur de cet article, sa déception vis-à-vis du régime Biya sur cette question était très évidente. C'est un point de vue que nous partageons tous que pendant quatre décennies, nous avons hypothéqué le développement du pays pour le culte d'un homme-dieu, omniprésent, toujours présent et tout puissant, sauf que ce ne sont que des mensonges.
Ce constat aigu expliquait pourquoi il ne soutiendrait pas la candidature de M. Biya pour un 7e mandat présidentiel.

Son alliance avec la campagne de M. Kamto était éclairée par une analyse relative qui montrait que les institutions pouvaient être réformées par un tel gouvernement. C'est une situation étrange que certains Camerounais ne comprennent pas la partie institutionnelle de la quête du changement ; ils se terminent par les qualités indésirables de M. Biya et espèrent que M. Kamto sera un plus grand président même sans réformes institutionnelles. C'est là que M. Penda Ekoka et notre plate-forme différaient de plus en plus par l'incohérence, le manque d'urgence et la communication opaque dans les orientations politiques récentes du MRC/CRM.

Nous étions cependant en désaccord avec M. Penda Ekoka sur la prétendue pénurie de fonds collectés pour l'initiative COVID. Nous pouvions clairement voir et expliquer la source de l'écart comme résultant d'une erreur de conversion de devise. Nos méthodes étaient différentes ; et nous pensons que le MRC/CRM a fait beaucoup moins que notre plateforme pour démontrer pourquoi l'erreur était plus plausible qu'un détournement de fonds présumés manquants. La mauvaise communication sur cette question, ajoutée à d'autres faiblesses justifiables dans l'orientation politique actuelle de M. Kamto, a éclairé le dernier message public de M. Penda Ekoka le 1er mai 2021.

Rétrospectivement, nous considérons que ses positions de principe ont mis au premier plan sa philosophie des institutions et de la transparence sur les personnalités ou l'opportunité. Il n'y a pas de meilleure leçon qu'il aurait pu nous laisser que de montrer qu'il était patient et tolérant avec le régime de Biya, mais lorsqu'il est devenu convaincu que ce régime ne peut pas relever les défis d'aujourd'hui, il a démissionné. De manière similaire, il a travaillé avec M. Kamto, non pas à cause d'un alignement parfait mais à cause de la perfectibilité du plan pour travailler vers des institutions plus fortes. Lorsqu'il a vu que l'orientation politique et la gestion du parti MRC/CRM étaient inférieures à ce qu'il attendait d'un parti axé sur les institutions, il a critiqué ouvertement.

Des adhérents peu charitables et réfléchis de M. Kamto ont commencé à lancer des accusations de trahison de M. Kamto pour rechercher un avantage personnel. Sur la vidéo du 1er mai, M. Penda Ekoka est visiblement frêle. Il est possible qu'il sache alors que ses jours étaient peu nombreux sur cette terre. Il a choisi le dernier combat mémorable qui devrait guider les générations à venir : choisissez toujours des institutions fortes plutôt que des personnalités et n'ayez pas peur de dire que vous ne comprenez pas, lorsque vous n'êtes pas convaincu de comprendre quelque chose.

C'est du fond de ses convictions qu'il a parlé et agi pour qu'il soit vraiment libre. N'est-ce pas pour cette raison que le Christ a enseigné que bienheureux sont les cœurs purs car ils verront Dieu ? Ceux qui recherchent la justice et la vérité sont toujours libres.

En soulignant la vérité intemporelle que notre pays ne peut développer que si nous nous concentrons sur la construction d'institutions fortes, M. Penda Ekoka nous a rapprochés de la vérité de Boèce : « Le présent qui passe produit le temps, le présent qui reste produit l'éternité ». Il y a un certain présent qui reste l'éternité et il y a lié son nom, dans notre quête d'un Cameroun indépendant et prospère.

3. M. Penda Ekoka est soulagé de sa douleur et est parti à la rencontre de son créateur où la plus belle musique ne s'arrête jamais.

Mais nous nous retrouvons avec des âmes tortueuses car on peut dire que nos actions et inactions ont précipité son voyage de retour. Quelle nation cruelle envoie un homme de 67 ans en prison pendant neuf mois, sans soins médicaux appropriés, simplement parce qu'il participe à une manifestation contre les échecs du gouvernement ? Les insultes qui lui ont été adressées étaient-elles justifiées lorsqu'il doutait de la conversion monétaire ? Où était M. Kamto lorsqu'il avait besoin que M. Kamto s'exprime pour sa défense ? Notre point de vue est qu'il s'agit d'une grave défaillance de leadership qui a affecté la résistance. Nous choisissons de qualifier cela d'attitude manipulatrice et secrète qui se justifie en disant simplement que ce n'est pas la position officielle. C'est peut-être une autre leçon que nous devons réfléchir sur nos actions et inactions, notre discours et aussi notre silence, car le chemin vers un nouveau Cameroun a été rendu plus tortueux par manque de vision pragmatique et de communication claire.

4. Nous surmonterons. Par la grâce étonnante de Dieu.

Consolons-nous et célébrons la vie de M. Penda Ekoka en écoutant la musique qu'il aimait, notamment American Gospel et American Spiritual. Au cours de leur tournée à l'étranger, M. Penda Ekoka a invité le public aux États-Unis à chanter la chanson des droits civiques, Nous surmonterons. C'est une promesse que son travail n'est pas vain ; notre travail n'est pas vain ; tant que nous recherchons un Cameroun gouverné comme une démocratie constitutionnelle avec des institutions fortes. Nous pouvons mourir en cours de route, mais en tant que partenaires de ce rêve, nous surmonterons. Car comme nous le rappelle le Dr Martin Luther King, l'arc de l'histoire est long mais il se penche vers la justice. Des institutions fortes signifient que les actions des individus sont guidées par un sens moral fort et des lois justes, et non par la peur d'un homme-dieu.

La première chanson gospel de la vidéo est "We Shall Overcome", chantée par l'Américaine Mahalia Jackson. Le second est un spirituel américain, Amazing Grace, chanté par l'Américain Paul Robeson, avec une voix de basse qui devrait nous rappeler profondément la basse de M. Penda Ekoka.

Que la lumière perpétuelle brille sur lui et qu'il soit entouré de mélodies beaucoup plus justes. RIP, CPE !

Rejoignez notre newsletter!