Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 28Article 569878

General News of Thursday, 28 January 2021

Source: focusmedia-afrique.net

La grande errance de l’Université au Cameroun

L’université camerounaise fait face à de nombreux défis qui l’interpellent, tant sur le plan infrastructurel que le plan de la formation académique en elle même.

À sa création l’université camerounaise avait pour dessein, de participer activement à la construction nationale. Si d’un côté on peut légitimement apprécier à leur juste valeur les efforts déployés, il est urgent d’interroger les embûches auxquelles fait face l’intelligentsia Camerounaise.

Une analyse de cette situation montre que, ces embûches ont pour socle fondamental une gestion approximative des libertés académiques. La régularité des mouvements de contestations estudiantines, ces dernières années, dévoile un <> et un <> dans la gestion de l’ academique. La problématique du changement démocratique est au cœur des relations entre la jeunesse estudiantine et les dirigeants universitaires.


Toutefois, il convient de reconnaître que la reconfiguration du paysage universitaire est non sans conséquences. En créant plusieurs universités, l’ État camerounais n’a pas déployé les moyens nécessaires pour leur entretien. Les infrastructures universitaires (salles de cours, amphithéâtres, équipements des laboratoires, logements universitaires, etc) ainsi que le personnel enseignant font aujourd’hui encore, cruellement défaut dans les universités au Cameroun. Sur le campus, le vécu quotidien des étudiants ne correspond pas à leurs attentes. Le système d’enseignement licence master doctorat (LMD) peine à être implémenté sur le plan pratique, pourtant, sur le fond c’est un système de professionnalisation des enseignements. Il reste donc regrettable de constater que le LMD n’est visible qu’au niveau des diplômes délivrés par l’université.

Il n’est pas surprenant de voir tout le temps la communauté estudiantine exercer l’une de leurs libertés académiques à savoir la grève, dont la gestion est parfois calamiteuse, du fait qu’on peut remarquer que même le corps enseignant parfois fait recours à cette liberté pour revendiquer quelques droits que ce soit.

Face à des défis palpables et aux enjeux énormes, il convient de cesser de criminaliser la différence, en renonçant à la marginalisation de la pensée critique et libre, alors, l’on assistera indubitablement à une refondation des bases idéologiques pour une véritable université d’appoint au Cameroun.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter