Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 11Article 607438

Actualités of Sunday, 11 July 2021

Source: www.camerounweb.com

La grève des transporteurs prévue lundi n’aura pas lieu

le ministère en charge du travail, n’a pas les compétences nécessaires pour résoudre le problème le ministère en charge du travail, n’a pas les compétences nécessaires pour résoudre le problème

La manifestation était prévue pour lundi 12 juillet.

Le mot d’ordre de grève a été levé dans la nuit de samedi.

Question de donner la latitude au gouvernement, de travailler à tête reposée, sur les revendications soulevées par les manifestants.

La grève des transporteurs prévue le 12 juillet n’aura pas lieu. Les présidents des syndicats nationaux des transports publics des voyageurs du Cameroun, ont finalement levé le mot d’ordre de grève générale illimitée signé le 10 juin 2021. Ce mot d’ordre de grève a été suspendu selon nos sources après plusieurs jours de travail sans limite avec les autorités du ministère du travail et de la sécurité sociale.

Prosper Aimé Essomba, président du Syndicat national des chauffeurs du transport périurbain et rural du Cameroun (Syntrapurcam), explique que cette levée du mot d’ordre « vise à donner la latitude au gouvernement, de travailler à tête reposée, sur les revendications soulevées par les manifestants ». Surtout que, précise le syndicaliste, « le ministère en charge du travail, n’a pas les compétences nécessaires pour résoudre le problème ». Selon ce leader syndical, les négociations vont se poursuivre au ministère des finances à partir du 13 juillet 2021.

Réaction du gouvernement.

Les leaders des syndicats en colère etaient prêt à entrer en grève. Mais cette colère s’est estompée. Ils se sont réjouits enfin du comportement du gouvernement qui a pendant longtemps donné l’impression d’être passé maître dans l’art de « rompre le dialogue social ». Serein, ils sont convaincus que des solutions favorables leur seront offertes par le premier ministre à travers le ministère des finances et ses démembrements. Cette réaction du gouvernement a consisté à apporter des réponses aux questions suivantes: « la non application de la loi instituant le fonds de garantie automobile au Cameroun, le refus de délivrer une police d’assurance propre au secteur périurbain et rural reconnu d’utilité public par l’Etat, la violation grave sur les fractionnements et les primes catégorie A4, sans oublier le refus d’assurer les motos-taxis ».

Rejoignez notre newsletter!