Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 03Article 553606

xxxxxxxxxxx of Tuesday, 3 November 2020

Source: camer.be

La femme qui a interrompu Atanga Nji raconte enfin son enlèvement par des militaires

La dame qui a interrompu Atanga Nji en pleine réunion, pour le contrarier au sujet de la « mission divine » de Paul Biya, raconte son histoire et sa mission.

«Je voudrais dire aux téléspectateurs du monde que Je vais bien Je n’ai aucun problème». L’assurance est de Mary Nkeh. Au lendemain de son interpellation par des militaires à Kumba, la dame a réapparu.

«On m’avait arrêté à City council ; mais ce n’est pas qu’on m’avait arrêté. Ils me protégeaient juste. Les militaires me protégeaient seulement. Ils ne m’ont pas brutalisé, ils ne m’ont rien fait de mal», semble-t-elle dédouaner ceux qui l’ont enlevée au sortir de la réunion au cours de laquelle elle a interrompu Paul Atanga Nji, le ministre de l’administration territoriale (Minât) qui essayait de convaincre les forces vives et les populations de Kumba que «c’est Dieu qui donne le pouvoir», notamment que «c’est Dieu qui a donné le pouvoir à Paul Biya».

La délégation gouvernementale conduite par le Minât était venue réconforter les populations après la tuerie de Mother Francisca, et surtout les familles des victimes. «Ils me suppliaient même de ne plus parler. Ainsi, ils m’ont transporté au commissariat et plus tard, à la fin de la journée, le commissaire m’a libérée et je suis à la maison», raconte-t-elle. Mais soutient-elle, «ils croyaient que mon acte posé pendant la cérémonie n’était pas mon initiative».

Celle qui se fait appeler «Sœur Mary» confie avoir porté la voix d’une force supérieure : Dieu. «J’étais sous l’influence du saint esprit. Le saint esprit voulait passer un message au peuple et au gouvernement. Qu’ils sachent qu’il y a un Dieu qui peut lutter pour les innocents. Donc j’agissais sous l’influence du saint esprit», avoue-t-elle au micro de Mmedia. Une mission qui a failli l’envoyer au-delà.

Elle dont l’enlèvement a fait redouter un projet d’assassinat. «J’avais un message pour eux et ce message est passé», s’en contente-t-elle. «Je rends grâce à Dieu car s’il n’y a personne pour lutter pour le peuple, il y a un Dieu au ciel qui va combattre pour les innocents. Et je veux qu’ils sachent que les choses vont commencer à changer pour le bien», annonce Soeur Mary.

Occasion d’inviter Paul Biya et son gouvernement dans l’ensemble à démissionner. «Dieu demande à Biya et son gouvernement de démissionner… Papa Dieu va commencer à la présidence. Tout le gouvernement doit démissionner», insiste-t-elle, au nom de Dieu, selon elle. Non sans cracher «Honte au président ! Honte aux ministres !»

A l’intention de concernés qui visiblement ne veulent .pas s’exécuter. De toutes les façons, celle à qui on aurait demandé de ne plus parler, ne compte pas s’en tenir à la volonté de ceux qu’elle a appelés à «mettre fin à la guerre» dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Envoyée de,Dieu qu’elle soutient être. Estimant qu’«un pouvoir qui tue ne vient pas de Dieu».

Selon des informations de ariote.tv. Mary Nkeh est originaire de Mbot, un village du département du Donga-Mantung dans le Nord-ouest. Il se dit que depuis 2017, cette évangéliste consacre le clair de son temps à apporter , du réconfort psychologique aux familles déplacées dans tes forêts, par des prières et des conseils.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter