Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 15Article 541651

General News of Tuesday, 15 September 2020

Source: Actu Cameroun

'La démocratie des matraques est une démocratie de courte vue'

Universitaire et consultant de télévision, il pense que ce qui est urgent dans une démocratie c’est la discussion civique et le dialogue républicain.  Au Cameroun depuis le lundi 7 septembre 2020, l’on assiste à une sorte de pression de la part du gouvernement à l’endroit de la population. Le bras armé de cette pression est Paul Atanga Nji, le ministre de l’Administration territoriale. Ce dernier via ses sorties procède à une véritable intimidation vis-à-vis de la population. Une attitude que condamne le Dr Richard Makon.

« La démocratie des matraques est une démocratie de courte vue et ici comme partout ailleurs elle a montré ses limites. D’abord parce que la matraque n’a jamais pu voir, elle n’a pas d’yeux, elle ne peut donc distinguer le peuple de celui qui l’outrage ! Ensuite parce que la matraque est courte, et même lorsqu’elle atteint sa cible, jamais elle n’a grandit son détenteur, qu’il soit issu de la plèbe ou du palais », écrit ce dernier dans une tribune publiée ce lundi 14 septembre 2020.

A lire aussiUn potentiel de plus de 2 milliards de tonnes bauxite Cameroun.Dialogue républicainIl poursuite ainsi que « la matraque résonne, elle ne raisonne pas ! Elle ne peut donc distinguer le vrai du faux, le bien du mal, le juste de l’injuste, le bon grain de l’ivraie. Ce qui, du reste, constitue le plus grand de ses drames !  La démocratie des ultimatums aussi, malheureusement, est une thérapie par le mentolatum », soutient-il.

De son avis, la résolution d’un problème dans une démocratie passe par la discussion civique et le dialogue républicain. « Elle soulage un moment, mais ne soigne jamais personne. La politique des excès ne mène qu’aux impasses. Retrouvons collectivement la voie patriotique d’un projet national, le sens salvateur de la discussion civique, et sillon fertile du dialogue républicain. C’est la voie de la raison », conclut-il.  

A lire aussiContrainte à l’esclavage, Crescence Fouda Ngah souhaite quitter le Koweit avant l’élection présidentielle

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter