Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 06Article 546640

General News of Tuesday, 6 October 2020

Source: cameroonvoice.com

La brusque sortie de scène de Me Charles Tchakounté Patie bouleverse le Barreau

Homme au tempérament peu volcanique mais d’une fermeté à toute épreuve, le désormais défunt Bâtonnier avait inauguré son mandat par la gestion de la crise ouverte entre le Barreau camerounais et le gouvernement relativement aux excès des forces de l’ordre qui allaient parfois, dans un zèle inouï, jusqu’à se poser en entraves réelles à l’exercice par les avocats de leurs missions, notamment de conseils auprès de leurs clients et autres justiciables.

« Le barreau du Cameroun en deuil. Me Charles Tchakouté Patie notre bâtonnier s’en est allé. Douleur ! Douleur infinie ! ». C’est en ces termes lourds de désespoir que Me Joseph Claude Billigha a donné l’alerte sur sa page Facebook ce dimanche matin, 4 octobre 2020, laissant entendre que la justice camerounaise en général et le Barreau en particulier, venaient d’être durement frappés.

Evacué en début de semaine au Havre en France à cause de graves ennuis de santé, selon une source au Barreau, le Bâtonnier Charles Tchakounté Patie n’en reviendra plus jamais sur ses deux pieds, emporté par la faucheuse, moins de deux ans après son accession au Bâtonnat.

Me Charles Tchakounte Patie qui a tiré sa révérence ce matin avait succédé le 25 novembre 2018, à son confrère Jackson Ngnie Kamga. C’était au terme d’une Assemblée Générale Extraordinaire considérée par d’aucuns comme particulièrement tumultueuse, tenue à Douala.

Homme au tempérament peu volcanique mais d’une fermeté à toute épreuve, le désormais défunt Bâtonnier avait inauguré son mandat par la gestion de la crise ouverte entre le Barreau camerounais et le gouvernement relativement aux excès des forces de l’ordre qui allaient parfois, dans un zèle inouï, jusqu’à se poser en entraves réelles à l’exercice par les avocats de leurs missions, notamment de conseils auprès de leurs clients et autres justiciables.

C’est avec lui que le gouvernement représenté par le ministre délégué auprès du ministre d’Etat chargé de la Justice, avaient mené les négociations permettant aux avocats de revenir dans les prétoires. Par la suite, il mènera avec les modestes moyens qui étaient les siens la croisade du Barreau contre les brimades infligés aux avocats non encartés « proches du régime ». Il prendra ainsi au nom du Barreau, l’engagement de défendre l’avocate Michèle Ndoki enlevée dans le Sud-ouest où elle avait trouvé refuge pour se soigner après qu’un policier lui eut tiré dessus cinq fois de suite à Douala deux mois plus tôt.

A la suite de cet engagement, on vit le Barreau publier un communiqué dans lequel la corporation des avocats faisait savoir que «les images de l’arrestation de Me Michèle Ndoki portent atteinte à sa dignité en tant qu’être humain, avocat et femme».

L’homme et l’avocat en raccourci

Me Charles Tchakoute Patie s’inscrit au Grand Tableau des avocats au Barreau du Cameroun, il y a un peu plus de 28 ans, le 16 janvier 1992. Ce membre du Conseil de l’Ordre des avocats au Barreau du Cameroun, organe délibérant et disciplinaire du Barreau était un spécialiste du contentieux des affaires, il était.

Il était par ailleurs Arbitre à la Cour commune de justice et d’arbitrage (CCJA) de l’OHADA et Arbitre au Centre permanent d’Arbitrage et de Médiation (CPAM) du Centre africain pour le Droit et le Développement (CADEV), une organisation associative d’envergure panafricaine spécialisée dans le plaidoyer pour la prise en compte du droit comme instrument de développement économique et social des Etats.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter