Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 01 30Article 488326

Diasporian News of Thursday, 30 January 2020

Source: Cameroon Info

'La France ne rend pas suffisamment compte de la tragédie camerounaise'

Le président national du MRC a donné une conférence de presse ce 30 janvier 2020 dans la capitale française.
L’opposant Maurice Kamto et ses partisans Albert Dzongang et Christian Penda Ekoka, récemment libérés après neuf mois derrière les barreaux, sont en France depuis le 28 janvier 2020 pour un grand meeting qui se tiendra à Paris le 1er février.

En marge de cet évènement, le leader du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun) a donné une conférence de presse ce jeudi 30 janvier 2019 en fin de matinée dans la capitale française.

S’il est revenu sur les différentes crises que vit le Cameroun, l’homme politique a davantage parlé de la guerre dans les régions anglophones, estimant que les médias français n’en font pas suffisamment l’écho.

«L’actualité en France, sauf quelques médias que je remercie, ne rend pas suffisamment compte de la tragédie camerounaise», a-t-il dénoncé, indiquant que la crise Centrafricaine suscite plus d’intérêt que cette actualité.

«Suivant les sources, le conflit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest aurait déjà fait entre 3000 et 12 000 morts, entre 800 000 et 1 million de déplacés internes et entre 35 000 et 40 000 réfugiés au Nigeria», a énuméré l’ancien ministre, soulignant au passage que c’est la première fois dans sa jeune histoire, que le Cameroun est confronté à pareille situation.

«Il ne faut pas être de quelque parti que ce soit pour faire ce constat amer. Nous devons tous, en tant que citoyens d’un même pays, demander ce qui nous arrive», a ajouté M. Kamto.

Interrogé sur sa décision de boycotter les prochaines élections législatives et municipales, l’agrégé de droit a affirmé que ce choix s’est imposé à son parti en raison de la conjoncture.

«Le boycott est une décision politique qui ne se prend pas à la légère. L’option initiale de notre parti lors de sa création, était de ne pas faire la politique de la chaise vide… Nous n’avons pas décidé de boycotter les élections par simple posture. C’est une décision grave pour nos militants, nombreux qui voulaient être candidats. C’est aussi une décision grave pour notre parti, parce qu’au regard de la loi, nous ne pourrons pas investir de candidats à la prochaine élection présidentielle. Nous avons décidé de boycotter les élections pour deux motifs: La poursuite de la guerre dans les régions du Nord-Ouest et le Sud-Ouest et le Code Electoral», a-t-il expliqué, se refusant de dévoiler la stratégie du MRC pour la suite des évènements.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter