Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 19Article 590806

General News of Monday, 19 April 2021

Source: www.camerounweb.com

L’observatoire des textes de base du Rdpc interpelle les chefferies traditionnelles du Cameroun

Martin Roger Aba’a, le directeur de cet observatoire indique « la gestion durable des forêts est l’affaire de chacun et c’est l’implication du plus grand nombre d’acteurs, le principal acteur c’est ceux qui en vivent ». Voici sa lettre.

Chères Cheffes traditionnelles,
Chers Chefs traditionnels,
Selon le dernier rapport de la FAO sur les forêts du monde, l’Afrique est le seul continent où la déforestation s’est accélérée. Au cours de la dernière décennie, ce sont en effet près de 4 millions d’hectares de forêts qui ont disparu chaque année. Les forêts sont, pourtant, d’une importance vitale pour le continent, plus des deux tiers des Africains dépendent directement ou indirectement de la forêt pour subvenir à leurs besoins.

Sa conservation apparaît dès lors comme une priorité mondiale. Coûte que coûte, nous devons protéger l’existant. La gestion durable des forêts est l’affaire de chacun et c’est l’implication du plus grand nombre d’acteurs, le principal acteur c’est ceux qui en vivent.
Les forêts abritent plus de la moitié de la biodiversité terrestre et l’on y découvre encore chaque jour de nouvelles espèces. Elles sont un laboratoire où les hommes peuvent chercher de nouveaux médicaments. Elles fournissent du bois pour se chauffer. Elles abritent des animaux que l’on peut chasser pour se nourrir. Elles sont le lieu d’habitation de certaines tribus humaines. Elles sont utiles pour fabriquer des meubles, des maisons, du papier. Elles sont des espaces de repos, de promenade et de loisirs. Elles sont de véritables usines de dépollution de l’eau, du sol et de l’air. Elles absorbent du gaz carbonique et rejettent de l’oxygène. Par ce phénomène, elles participent à la lutte contre le réchauffement climatique.

La forêt reste une ressource indispensable C’est assez difficile à imaginer, mais sans les forêts, la Terre deviendrait sans doute un désert. Sans leur habitat, des centaines d’espèces d’animaux disparaîtraient. Il y aurait moins d’eau, moins d’oxygène. L’homme finirait sans doute lui-même par disparaître.

Un préfet ou un sous-préfet accompagné d’un exploitant, qui viennent vous brandir un décret ministériel sans que vous n’ayez participé aux études préalables relative à ce document d’exploitation ministériel est dans l’illégalité, c’est un faux décret. (Article 5 du Décret N° 95/531/PM du 23 Août 1995 fixant les modalités d'application du régime des forêts).
Dans le cadre de l'élaboration et de la mise en œuvre de la politique forestière, l'administration chargée des forêts consulte et associe les populations riveraines concernées et les associations professionnelles du secteur forestier. A ce titre, celles-ci peuvent prendre en charge certaines activités de développement du secteur forestier. Les activités entreprises par les partenaires ci-dessus mentionnés doivent s'exécuter dans le respect des programmes et politiques du secteur forestier, tels qu'arrêtés par le Gouvernement (Article 5 du Décret N° 95/531/PM du 23 Août 1995 fixant les modalités d'application du régime des forêts).

Aussi, la mise en exploitation des ressources forestières fait l'objet d'une planification quinquennale.il faut veiller. L'administration chargée des forêts ouvre les zones de forêts à l'exploitation par un avis d'appel d'offres public qui précise leurs localisations, leurs limites, leurs superficies, le potentiel exploitable et les œuvres sociales envisagées après concertation avec les communautés concernées.

L'avis d'appel d'offres prévu est rendu public par voie de presse, d'affichage ou par toute autre voie utile, dans les unités administratives, les communes et les services de l'administration chargée des forêts, pendant une période interrompue de quarante-cinq (45) jours. (Article 51 du Décret N° 95/531/PM du 23 Août 1995 fixant les modalités d'application du régime des forêts).

Toute attribution de vente de coupe sur une forêt domaniale est au préalable précédée d'un avis d'appel d'offres public.
Les ventes de coupe sont attribuées par arrêté du Ministre chargé des forêts, après avis d'une commission interministérielle, et à la suite de la procédure d'appel d'offres public prévue à l'article 51.

La commission interministérielle présélectionne et classe les soumissionnaires les mieux disants sur la base des critères suivants, en tenant compte des seuils minima fixés au préalable par le Ministre chargé des forêts dans l'avis d'appel d'offres:
- les investissements programmés;
- les capacités financières, y compris les garanties de bonne exécution ;
- les capacités techniques et professionnelles;
- le respect des engagements antérieurement pris, lorsqu'il en a été le cas.
De la liste des soumissionnaires établie, la commission sélectionne le soumissionnaire offrant le montant le plus élevé de la redevance forestière assise sur la superficie, dont le taux plancher est fixé par la loi de finances. (Article 58-59 du Décret N° 95/531/PM du 23 Août 1995 fixant les modalités d'application du régime des forêts).

Quand bien le décret serait valide, rien ne vous empêche d’attaquer un décret, nous somme un état de droit, le sous-préfet et le préfet aiment vous dire les forêts appartiennent à l’état oui mais qu’est-ce que vous croyez qu’est l’Etat ? L’état, C’est le reflet de la société, c’est toujours difficile, les hommes sont les hommes et chacun d’entre nous commet des erreurs et des fautes.

Les forêts sont un trésor de biodiversité et participent à l'équilibre et à la santé de notre planète. Au Cameroun, nous avons la malchance d'avoir des forêts qui ne se portent bien ,elles sont aujourd'hui menacées parce qu'on les détruit sauvagement et parce que l'on n'en prend pas bien soin.

C’est assez difficile à imaginer la vie sans les forêts, mais sans les forêts, la Terre deviendrait sans doute un désert. Sans leur habitat, des centaines d’espèces d’animaux disparaîtraient. Il y aurait moins d’eau, moins d’oxygène. L’homme finirait sans doute lui-même par disparaître.
Paris, le 18 Avril 2021


MARTIN ROGER ABA’A

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter