Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 23Article 557524

General News of Monday, 23 November 2020

Source: Actu Cameroun

‘L’élite du Grand Nord ne roule que pour elle-même depuis des décennies’

« Le développement d’un pays est le fruit du patriotisme, de la probité de son élite gouvernante et du travail de ses citoyens.


Pour nous au F.D.R « Front Démocratique Révolutionnaire» du Cameroun, la principale raison de notre sous-développement réside dans le non-renouvellement de l’élite gouvernante depuis l’indépendance. Ceux qui nous gouvernent, bref qui occupent les postes stratégiques dans notre pays pour la plupart sont à ces postes depuis les années 60 et 70. Ils n’ont jamais imaginé passer le flambeau à upe nouvelle génération pourtant plus dynamique et plus apte à relever les défis de notre temps dans un monde en constante mutation et de plus en plus complexe.


Il n’est pas objectivement surprenant de constater dans un tel contexte, la montée des mouvements « apolitiques » dans le septentrion où les populations ont la nette impression que la classe politique traditionnelle ne défend plus la cause non seulement de leurs régions mais en plus celle des populations. Cette élite ne roule que pour elle-même depuis des décennies.
Car comment comprendre et interpréter le silence assourdissant de cette élite ces dernières années sur les grands sujets qui préoccupent la nation, notamment la crise anglophone, la réforme pourtant incontournable de la constitution, des institutions, du système électoral qui est supposé régler le problème de l’alternance dans la paix à la tête de notre pays ?


Que dire de leur silence sur le sujet concernant le respect des quotas aux différents concours administratifs lié au respect du fameux concept de l’équilibre régional en vigueur depuis l’indépendance ? Les citoyens de ces régions qui ont estimé au regard des résultats du dernier concours à l’Enam que ce concept a été galvaudé et que seul le mouvement 10 millions de nordistes est monté au créneau pour revendiquer le respect des quotas là où les élites au pouvoir de ces trois régions sont restées aphones et muettes.


Évidemment, on peut comprendre la raison de ce silence car il est de notoriété publique que seuls les membres de leurs familles ont été privilégiés et ont pu se faire une place au soleil à travers les différents concours administratifs depuis des décennies au détriment de la grande masse des populations qui croupit dans une misère inqualifiable.


C’est donc une élite improductive et résolument engagée dans la politique de reproduction sociale qui suscite le courroux des populations. C’est là pour le F.D.R en partie les raisons de la montée en puissance des mouvements « apolitiques » qui en fait ne sont que la face visible de l’iceberg des organisations politiques. Dans notre pays aujourd’hui, l’élite au pouvoir est totalement en déphasage avec les réalités que vivent les populations au quotidien. Les citoyens ne se reconnaissent plus à travers cette élite sectariste, népotiste et égoïste.


L’interdiction du mouvement 10 millions de nordistes ne peut en aucun cas pousser les citoyens du septentrion à se mobilier à nouveau pour le Rdpc tant que le régime ne va pas faire sa mue en promouvant une nouvelle élite. Deuxièmement, tant que le développement à la base à savoir la construction des écoles, des hôpitaux, des adductions d’eau potable, des routes et autres infrastructures de développement ne seront pas réalisés.


En fait, les Camerounais de cette partie du pays en particulier et de tout le Cameroun en général estiment n’avoir eu en 38 ans de renouveau que des slogans creux et des discours oisifs sans réalisations et sans matérialisation concrète des promesses faites. Nous pouvons effectivement à ce jour sans risque de nous tromper penser que le régime est en train de payer cash le prix de quatre décennies de promesses non tenues, de corruption, d’inertie, de prévarication et de sclérose.


L’élite au pouvoir actuellement dans notre pays n’est pas et n’a jamais été représentative des idéaux et aspirations du peuple camerounais. Sa longévité aux affaires est simplement due au verrouillage du système électoral en sa faveur et qui ne permet pas l’expression libre du suffrage populaire permettant aux citoyens de choisir librement leurs dirigeants. Il faut donc rapidement opérer les réformes constitutionnelles, institutionnelles et de tout le système électoral pour donner une chance à l’alternance dans la paix après le renouveau ».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter