Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 05Article 621883

Actualités of Tuesday, 5 October 2021

Source: www.camerounweb.com

L'hôpital central de Yaoundé: ' le DG Fouda, sa femme et leur réseau de trafic d'organes humains'

Pierre Joseph Fouda, DG de l'hôpital central de Yaoundé play videoPierre Joseph Fouda, DG de l'hôpital central de Yaoundé

• Des révélations ont été faites sur le DG de l'hôpital central de Yaoundé et sa femme

• Un activiste Pro-Biya a mis à nu le réseau de trafic d'organes humains

• Il avertit la population surtout ceux qui fréquentent les restaurants de la femme du DG Fouda



Le DG de l'hôpital central de Yaoundé, Pierre Joseph Fouda et sa femme Gisèle Fouda sont sous les feux des projecteurs depuis le déclenchement des soupçons de trafic d'organes dans son hôpital.

Une affaire concernant Ayissi Mengue Hilaire dont le corps a été mutilé et des orgnes vitaux emportés et qui met en exergue le réseau de ce trafic au sein du personnel de santé de cette structure hospitalière. Patrice Nouma, ex garde du corps de Chantal Biya, devenu un activiste anti-Biya n'est pas allé par quatre chemins. Pour lui, le DG et sa femme sont des vendeurs d'organes humains. Ce n'est pas la première fois que l'activiste fait ce genre de révélations. Ses nombreuses vidéos peuvent témoigner de son appel à la vigilance de la population concernant un grouspuscule de personnes qui font dans la vente des organes humains, la consommation de la viande humaine, du sang humain, le satanisme, les pratiques homosexuelles à des fins mystiques dans le pays de Paul Biya. Il a été toujours tourné en ridicule par certains esprits qui vont jusqu'à traîter ses sorties de délires et de folies extrêmes. Aujourd'hui, les faits semblent lui donner raison.

Dans la série de vidéos ci-dessous, Patrice Nouma déshabille le Dg Pierre Fouda et sa femme Gisèle qui excellent dans la vente des trafic d'organes. A l'en croire, la femme du DG est connue dans la restauration au Cameroun et détient d'ailleurs de nombreux restaurants dans le pays. "Ne soyez pas surpris de voir de la chair humaine dans vos plats dans les restaurants de cette femme", Nouma avertit les Camerounais. Il donne dans ces vidéos les détails sur le réseau de trafic d'organes humains à l'hôpital de Yaoundé.

Les vidéos du jeune homme Ayissi Mengue Hilaire depuis sa blessure jusqu'à son décès et la découverte de son corps mutilé, ont touché tragiquement la sensibilité de l'opinion publique, qui espérait d'amples explications du DG de l'hôpital central de Yaoundé. Mais rien n'y fit. La sortie du ministre aurpès de la famille du défunt, a été saluée par les Camerounais mais n'a pas comblée le père du défunt qui est revenu sur Vision 4 exposé les ciconstances du décès de son fils, qui demeure floues pour lui.

Sur les ondes de la CRTV Radio, Pierre Joseph Fouda, le directeur de l’Hôpital central de Yaoundé s’est présenté en victime dans cette affaire. "Je suis médecin depuis 1983, ça fait maintenant 38 ans, je n’ai jamais vécu ce que je vis actuellement. Non seulement je suis médecin, mais je suis appelé à former, à montrer le bon exemple. C’est une histoire macabre, terrible, qui traumatise tout le personnel de l’Hôpital central de Yaoundé en commençant par moi-même. Lors d'une opération chirugicale, quand le couteau part, il ne s’arrête sur la peau et le muscle. Il est allé blessé le gros intestin à l’intérieur. On ne peut réparer ces lésions qu’en opérant au niveau du ventre. Il n’y a pas une autre façon d’opérer quelque soit l’hôpital où on se trouve ou le pays où on se trouve. Ce n’est pas scandaleux d’avoir ouvert le ventre. C’est ce qu’il fallait faire. Ce qui a été fait a été fait dans les règles de l’art. Finalement, le malade décède parce que c’était une infection généralisée", a-t-il déclaré se présentant comme une victime.


Le trafic d'organes humains au Cameroun a atteint des proportions inquiétantes et la liste des victimes ne cesse de s'allonger. Il y a de cela quelques jours, précisément le 30 septembre dernier, des passants ont découvert un crâne et différents os du corps humain dans la poubelle d'un restaurant de la capitale du Cameroun. A qui appartient ces restes? Nul ne sait !















Yaoundé : des ossements humains découverts dans les poubelles d’un restaurant


Des passants ont été surpris de découvrir ce 30 septembre 2021, des ossements humains dans une poubelle à Yaoundé. Selon le lanceur d’alerte N’zui Manto, ce dépotoir serait utilisé par un restaurant de la place.

« Des passants ont découvert un crâne et différents os du corps humain dans la poubelle d'un restaurant de la capitale du Cameroun. Nul ne sait pour l'instant s'il s'agit là des restes d'un dîner copieux », a-t-il indiqué.

Sur les images, sont clairement visibles, un crane humain et plusieurs os ressemblant à ceux des membres inférieurs et supérieurs. Pour l’heure, il est impossible attribuer une identité à la découverte macabre.

Ce n’est pas la première fois que les Camerounais font des liens entre des restaurants et les organes humains. En 2018, une dame dénommée Ngo Baya Jeanne a été accusée d’avoir décapité son fils.

Elle s'appelle Ngo Baya Jeanne, âgée environ d'une quarantaine, travaillant dans un restaurant très célèbre dans la vente de Eru (met traditionnel camerounais de la Région du Nord-ouest) situé à 100 mètres de la station Tradex Éleveur.
Selon une source policière, elle aurait manifesté son besoin vis à vis de son patron d'origine nigériane -le propriétaire du restaurant- d'aller s'installer en Europe et il lui a dit qu'il pouvait l'aider à condition qu'elle lui apporte de la chair humaine.

C'est ainsi que pour satisfaire sa sale besogne elle a sacrifié sa fillette âgée de 8 ans. La tête de la jeune fille gisait dans un bac à ordure non loin du domicile de Ngo Baya Jeanne et le reste du corps a été retrouvé dans le congélateur du restaurant cité plus haut.
Ngo Baya Jeanne et le propriétaire du restaurant méditent ont été arrêtés et placés en détention.


Rejoignez notre newsletter!